L'acte V des «gilets jaunes» débute calmement

FranceLes annonces de Macron ne suffisent pas à arrêter les «gilets jaunes» qui redescendent dans la rue pour un 5e samedi sous haute tension.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les premiers «gilets jaunes» convergeaient samedi dans le calme sur les Champs-Elysées, encadrés par un dispositif sécuritaire d'ampleur, pour l'acte V d'une mobilisation nationale sous l'oeil attentif du pouvoir qui espère un apaisement après les annonces d'Emmanuel Macron en faveur du pouvoir d'achat.

«La dernière fois, on était là pour les taxes, cette fois, c'est plus pour les institutions : on veut plus de démocratie directe», résume dans le froid mordant Jérémy, intérimaire de 28 ans venu de Rennes en famille «gueuler pour se faire entendre».

Peu avant 9h30, une trentaine de personnes avaient été interpellées en Ile-de-France, dont 17 dans l'agglomération parisienne, bien loin des 300 interpellations recensées à la même heure samedi dernier dans le cadre de contrôles préventifs. Au total, il y eut près de 2000 interpellations, un record.

L'ampleur des manifestations, qui ont réuni 136'000 personnes lors des deux derniers épisodes marqués par des scènes de guérilla urbaine et un dispositif sécuritaire exceptionnel, va être scrutée de près par un exécutif en proie à une crise sociale inédite.

«On s'attend à une mobilisation un peu moindre mais avec des individus un peu plus déterminés», a déclaré vendredi soir le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez.

Autour de l'arc de Triomphe, des fourgons de gendarmes mobiles étaient positionnés depuis l'aube. 8000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale, appuyés par 14 véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG).

A 100 mètres de la place de l'Etoile, à la brasserie «Le vin coeur», Maria, la responsable, craignait de nouvelles dégradations. «Dès que ça gaze, on a ordre de fermer et de remonter le store de la terrasse», témoigne-t-elle. Pour elle, «qu'ils manifestent, pas de souci, mais cette casse, c'est affligeant».

Ailleurs dans Paris, comme sur la place de la Bastille, les banques avaient recouvert leurs façades de contreplaqué, mais les cafés étaient ouverts pour tenter de combler le manque à gagner lié aux fermetures des samedis précédents.

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, a assuré sur BFMTV samedi que les commerçants ont fait état de pertes d'activité «en moyenne de -25%, avec des pointes à -50, -70, dans certains endroits -90%».

Environ 69'000 membres des forces de l'ordre ont été déployés, contre 89'000 samedi dernier. En régions où de nombreuses manifestations sont annoncées, des renforts sont prévus là ont eu lieu des violences, comme Bordeaux ou Toulouse.

«100 euros, c'est du flan»

L'A6 a été coupée dans les deux sens à la limite entre la Saône-et-Loire et le Rhône par le préfet par précaution face à la mobilisation attendue de «gilets jaunes».

Dans la capitale, les accès aux institutions (Palais de l'Elysée, Hôtel Matignon, Assemblée nationale, ministère de l'Intérieur, etc.) sont protégés.

En revanche, signe que la tension retombe un peu, la Tour Eiffel, et plusieurs musées fermés samedi dernier sont désormais ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.

A Bordeaux, l'office de tourisme a en revanche annulé toutes ses visites guidées prévues samedi après-midi et fermera ses portes à la mi-journée. De nombreux services et établissements culturels publics garderont leurs portes closes.

Les annonces d'Emmanuel Macron lundi, dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des revenus au niveau du Smic, ont été diversement reçues par des Français, réclamant moins de taxes et plus de pouvoir d'achat.

«100 euros de plus pour les smicards c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes», a regretté samedi à Paris Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester d'Amiens.

Trêve demandée

Après l'attentat djihadiste de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appels, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, à ne pas manifester ont aussi été rejetés par une partie des «gilets jaunes», n'y voyant aucun rapport.

Si les modérés, représentés par le collectif des «gilets jaunes libres» ont appelé à une «trêve» et estimé que «le temps du dialogue est venu», d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques.

(afp/nxp)

Créé: 15.12.2018, 07h40

Articles en relation

«Gilets jaunes» déterminés avant «l'acte V»

France Les annonces du président Macron ne suffisent pas à arrêter les «gilets jaunes». Une nouvelle manifestation est prévue samedi. Plus...

Nouvelle journée de mobilisation lycéenne

France Des dizaines de lycées étaient bloqués vendredi en raison du mouvement de contestation des jeunes, né il y a deux semaines dans le sillage de celui des «gilets jaunes». Plus...

Paris appelle à ne pas manifester samedi

«Gilets jaunes» Le porte-parole du gouvernement a appelé les «gilets jaunes» à se montrer «raisonnables» après l'attentat de Strasbourg. Le marché de Noël rouvrira ce samedi. Plus...

Un «gilet jaune» percuté par un camion à Avignon

France Un jeune homme de 23 ans a été percuté par un poids-lourd à un rond-point près d'une sortie d'autoroute à Avignon. C'est la sixième victime depuis le début des «gilets jaunes». Plus...

Les éleveurs de Varsovie aussi en «gilets jaunes»

Pologne Pour réclamer une aide du gouvernement, les éleveurs polonais ont décidé de protester à la française, en bloquant une autoroute vêtus de gilets jaunes. Plus...

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...