Passer au contenu principal

Erdogan obtient un nouveau vote à Istanbul

Victoire pour le président turc qui contestait sa défaite aux élections du 31 mars. Un nouveau scrutin municipal à Istanbul aura lieu.

Recep Tayyip Erdogan avait exhorté samedi l'Autorité électorale à «soulager les consciences de nos concitoyens».
Recep Tayyip Erdogan avait exhorté samedi l'Autorité électorale à «soulager les consciences de nos concitoyens».
Keystone

Le Haut-comité électoral de Turquie (YSK) a ordonné lundi la tenue d'un nouveau scrutin municipal à Istanbul et accède ainsi à une demande du parti du président Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci contestait la victoire de l'opposition lors des élections de fin mars.

Le parti présidentiel islamo-conservateur, l'AKP, réclamait la tenue d'un nouveau scrutin en dénonçant des «irrégularités» qui auraient selon lui émaillé le vote du 31 mars. «Les élections à Istanbul seront renouvelées», s'est félicité sur Twitter le représentant de l'AKP auprès de l'YSK, Recep Ozel.

La décision d'annuler le scrutin et d'ordonner la tenue d'un nouveau vote a été prise à l'issue d'une réunion de l'YSK à Ankara pour examiner un «recours extraordinaire» contre les résultats présenté par l'AKP en avril.

Lors de ces élections, le candidat de plusieurs partis d'opposition, Ekrem Imamoglu, a battu celui de l'AKP, l'ex-Premier ministre Binali Yildirim, avec moins de 15'000 voix d'avance, un écart infime à l'échelle de la mégapole turque, où 8 millions de personnes ont voté lors du scrutin.

Camouflet

L'AKP de M. Erdogan a également perdu la capitale Ankara, un camouflet qui s'explique notamment par la tempête économique qui secoue le pays, avec la première récession en 10 ans, une inflation à 20% et une monnaie qui s'érode.

Mais refusant d'admettre la défaite à Istanbul, M. Erdogan a crié aux «irrégularités massives». L'AKP accuse notamment des responsables de bureaux de vote d'avoir minimisé le nombre de voix remportées par son candidat.

Le principal parti d'opposition CHP (social-démocrate), dont est issu M. Imamoglu, accuse M. Erdogan d'être un «mauvais perdant» et de vouloir s'accrocher par tous les moyens à Istanbul, la capitale économique et démographique du pays.

Accentuant la pression sur l'YSK, M. Erdogan a une nouvelle fois appelé samedi à renouveler le scrutin à Istanbul, exhortant l'Autorité électorale à «soulager les consciences de nos concitoyens».

Dimanche, l'agence Anadolu avait affirmé que les autorités avaient établi des liens entre une «organisation terroriste» et des responsables de bureaux de vote ayant officié lors du scrutin municipal à Istanbul.

D'après Anadolu, les enquêteurs turcs ont établi que 43 d'entre eux avaient eu des contacts avec le réseau du prédicateur Fethullah Gülen, la bête noire d'Ankara qui l'accuse d'avoir orchestré une tentative de coup d'Etat en juillet 2016 depuis son exil américain, ce que l'intéressé dément.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.