Nouvelle atteinte à la défense des droits humains

PakistanJalila Haider, femme très engagée pour les droits de l'homme, devait quitter le Pakistan pour la Grande-Bretagne afin d'assister à une conférence. Elle a été bloquée à l'aéroport.

Photo d'archive de l'aéroport de Lahore, au Pakistan.

Photo d'archive de l'aéroport de Lahore, au Pakistan. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une défenseure des droits de l'homme pakistanaise reconnue a indiqué lundi avoir été détenue plusieurs heures et empêchée de quitter son pays au nom de présumées «activités anti-Etat». Cet épisode est un nouvel indice de la réduction de la liberté d'expression au Pakistan.

Jalila Haider, désignée l'an passé par la BBC comme une des 100 femmes les plus influentes au monde, a raconté avoir été détenue «plus de six heures» par les services de l'immigration de l'aéroport de Lahore (Est).

Elle n'a pu s'envoler pour la Grande-Bretagne, où elle devait participer à une conférence, car son nom figurait selon elle sur une liste de personnes interdites de sortie du territoire pakistanais (ECL).

«Un des responsables de l'immigration m'a dit que mon nom était inscrit sur l'ECL car je suis impliquée dans des activités anti-Etat. Je n'ai aucune idée de quelles activités anti-étatiques il parlait», a déclaré Jalila Haider, 32 ans, à l'AFP.

«Je m'occupe des questions liées aux femmes, aux minorités, aux disparitions forcées et aux problèmes auxquels le Baloutchistan est confronté aujourd'hui», a-t-elle poursuivi, ajoutant que son passeport et sa carte d'identité nationale avaient été confisqués.

Multiples disparitions forcées

Le Pakistan a connu de multiples disparitions forcées ces dix dernières années, principalement dans les zones de conflit près de la frontière afghane et dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), où sévissent des séparatistes armés et des groupes djihadistes, et où Haider vit et travaille.

L'armée nie régulièrement être impliquée dans ces enlèvements, qui lui sont souvent attribués. Les mentionner relève d'une «ligne rouge» dans le pays qu'il est déconseillé de franchir. Le ministère de l'Intérieur pakistanais n'a pas répondu aux demandes de commentaires de l'AFP. (ats/nxp)

Créé: 20.01.2020, 13h15

Articles en relation

Pervez Musharraf n'est plus condamné à mort

Pakistan La cour spéciale qui avait déclaré l'ex-président et général Pervez Musharraf coupable de trahison a été jugée inconstitutionnelle. Plus...

Un prof d'uni condamné à mort pour blasphème

Pakistan Un universitaire pakistanais déclaré coupable d'avoir dénigré le prophète Mahomet va être pendu. Amnesty dénonce une erreur de jugement. Plus...

Un séisme frappe l'Afghanistan et le Pakistan

Tremblement de terre Un tremblement de terre a secoué le nord de l'Afghanistan et le Pakistan. La secousse a été ressentie à Islamabad et à Kaboul. Plus...

L'ex-président du Pakistan condamné à mort

Islamabad Absent lors de son procès, l'ancien dirigeant Pervez Musharraf a été condamné à mort pour avoir imposé l'état d'urgence en 2007. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.