Passer au contenu principal

Nouvelle enquête contre un fils Bolsonaro

Le fils du président Jair Bolsonaro est accusé d'avoir rémunéré des «salariés fantômes» pour détourner de l'argent public.

Flavio Bolsonaro à côté de son père Jair Bolsonaro.
Flavio Bolsonaro à côté de son père Jair Bolsonaro.
Keystone

Le parquet de Rio de Janeiro a annoncé samedi avoir ouvert une nouvelle enquête contre le fils aîné du président brésilien Jair Bolsonaro, Flavio. Ce dernier est accusé d'avoir rémunéré des «salariés fantômes» pour détourner de l'argent public.

L'enquête a été ouverte «pour improbité administrative liée à l'emploi de salariés fantômes, qui n'auraient pas exercé de fonction au sein du cabinet» de Flavio Bolsonaro, a expliqué le parquet dans un communiqué. Le fils du président d'extrême droite, âgé de 38 ans, est sénateur. Mais les faits présumés portent sur la période où il était député régional de l'Etat de Rio.

En début d'année, juste après la prise de fonctions de Jair Bolsonaro, un autre scandale impliquant son fils Flavio avait entaché le début de son mandat, alors qu'il avait été élu sous la promesse d'éradiquer la corruption. L'agence gouvernementale chargée de surveiller les transactions financières, la COAF, avait mis en évidence en décembre des «transactions atypiques» d'un montant total de 1,2 million de réais (environ 290'000 francs) en 2016 et 2017 sur le compte de son ancien chauffeur, Fabricio José de Queiroz, incompatibles avec ses revenus déclarés.

Enquête ouverte

La COAF a également détecté 48 dépôts suspects de Flavio Bolsonaro, d'une valeur totale de 96'000 réais (environ 23'000 francs), effectués en juin et juillet 2017, même si l'intéressé a toujours nié toute malversation.

Une enquête avait été ouverte par le parquet, mais elle a été suspendue en juillet, après que le président de la Cour suprême Dias Toffoli avait décidé qu'une autorisation judiciaire était nécessaire pour obtenir ce type de données financières.

Cette décision pourrait devenir caduque prochainement. La Cour suprême a débuté la semaine dernière un jugement en séance plénière dont le résultat pourrait dispenser les procureurs d'une telle autorisation.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.