La loi Travail a été adoptée

FranceDes incidents ont été relevés dans plusieurs villes de France, alors que la loi controversée a passé la rampe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Assemblée a rejeté sans surprise jeudi une motion de censure de droite contre le gouvernement sur la loi Travail. Cette décision a été prise dans un climat tendu dans l'hémicycle et entre socialistes, de même que dans la rue.

Des manifestations ont eu lieu un peu partout en France, à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl. Cette cinquième journée de mobilisation contre le projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri a été moins suivie et parfois émaillée de violences.

Deux jours après le recours à l'arme constitutionnnelle du 49-3 pour forcer l'adoption du texte controversé, seuls 246 députés ont voté la motion LR-UDI, alors qu'il en aurait fallu 288 pour provoquer la chute du gouvernement.

Outre la droite, le centre et les deux élus FN, la motion a été soutenue, pour des raisons opposées, par 15 députés de gauche, principalement du Front de gauche, qui ont plaidé ne pas avoir d'autre choix pour contrer une loi de «régression sociale» après une motion des gauches avortée (à deux signatures).

Aucun socialiste n'a apporté ses suffrages à cette initiative de l'opposition.

Pouvoir en perdition

Le projet de loi est maintenant considéré comme adopté en première lecture et poursuivra son parcours au Sénat à partir du 13 juin.

A un an de la présidentielle, les orateurs de droite, critiques d'un texte devenu au fil des «renoncements» pas assez libéral à leurs yeux, ont surtout fait un réquisitoire du quinquennat de François Hollande, qui aura «ruiné la France, trahi les siens».

Christian Jacob (LR) a appelé à «mettre fin, et vite» à «l'aventure» d'un pouvoir «en perdition». «La France se rappellera du quinquennat de François Hollande comme d'un interminable congrès du Parti socialiste», selon Philippe Vigier (UDI).

Frondeurs fustigés

Dans cette ambiance de campagne, Bruno Le Roux, chef de file PS, a dénoncé en retour «la radicalité» des propositions LR sur le Code du travail, dont celles d'Alain Juppé, sous les protestations d'élus de droite, qu'il a qualifiés de «gueulards».

Déterminé à «mettre plus encore notre pays en mouvement» mais critique des solutions de droite, Manuel Valls a fustigé les «frondeurs» socialistes associés à la tentative de motion des gauches, prévenant qu'il ne laisserait pas «détruire la gauche de gouvernement».

Aussitôt après le résultat du scrutin, le numéro un du PS, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé la saisine de la Haute autorité éthique du parti concernant les 24 socialistes signataires du projet de censure du gouvernement, dont d'anciens ministres comme Benoît Hamon et Aurélie Filippetti.

«Le gouvernement n'a pas de leçons de gauche à recevoir de vous», a aussi lancé le Premier ministre au chef de file Front de gauche André Chassaigne, qui a dénoncé «un quinquennat de renoncement aux principes et valeurs de la gauche».

Principes fondamentaux

Si les débats ont été interrompus quasiment dès le début de l'examen du texte par le 49.3, le gouvernement a retenu plusieurs amendements du rapporteur PS Christophe Sirugue.

Mais figure toujours l'un des points les plus contestés par une partie de la gauche et des syndicats : la primauté des accords d'entreprise sur les accords de branche. François Hollande a estimé jeudi qu'elle ne devait pas remettre en cause les «principes fondamentaux» du droit du travail.

Nouvelles mobilisations

Dans la rue, les opposants étaient à Paris entre 12'000 (selon la police) et 50'000 (selon la CGT). Le cortège s'est dirigé, sous haute protection des policiers et services d'ordre des syndicats, vers les Invalides, non loin de l'Assemblée, où quelques jeunes cagoulés ont lancé brièvement des projectiles sur les manifestants.

A Toulouse, de 3000 (préfecture) à 12'000 personnes (syndicats) ont défilé, tandis qu'à Grenoble, entre un millier (police) et 4000 personnes (CGT) ont manifesté, aux cris de «P comme pourris, S comme salauds, à bas le Parti socialiste».

Des heurts entre manifestants et forces de l'ordre se sont produits à Nantes, où la manifestation a rassemblé quelque 2500 personnes, et, au Havre, le local PS a été saccagé.

«L'opposition, cela ne peut jamais être la violence, les menaces, les saccages de permanences», a tonné le Premier ministre à l'Assemblée.

Deux autres journées de mobilisation sont prévues les 17 et 19 mai, ainsi que des grèves reconductibles dans certains secteurs (dockers, marins, SNCF...). Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, a appelé à «passer à la vitesse supérieure». (ats/afp/nxp)

Créé: 12.05.2016, 19h08

Articles en relation

Manuel Valls dit qu'il «rassemble à gauche»

Politique Dans un entretien au magazine Society, le Premier ministre français admet toutefois des «erreurs». Plus...

Les socialistes confrontés à une motion de censure

France Le gouvernement tente d'imposer une réforme du droit du travail rejetée par une partie de son camp. Plus...

La loi Travail aux mains des députés

France Le très contesté projet de loi Travail arrive mardi dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale française où il doit être examiné deux semaines durant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.