Passer au contenu principal

AfriqueNouvelle tuerie en RDC, une vingtaine de morts

En deux jours, les attaques attribuées aux membres du groupe armé d'origine ougandaise ADF ont fait au total 60 morts.

Image d'archive
Image d'archive
Keystone

Une vingtaine de personnes ont été massacrées jeudi dans de nouvelles tueries attribuées au groupe armé Forces démocratiques alliées (ADF) dans le territoire de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont annoncé des sources locales et des experts. Ce qui porte à plus de 60 le nombre de civils tués en deux jours.

Au total 24 corps ont été retrouvés en quatre endroits près d'Oicha, a indiqué l'administrateur du territoire (responsable politico-administratif), Donat Kibwana. Dix-neuf morts ont été comptés dans la même zone par les équipes du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST: chercheurs liés à l'Université de New York).

Dans la cité de «Mantumbi, 11 corps ont été retrouvés et identifiés. À Mamove, l'ennemi a tué six personnes alors que dans deux villages voisins quatre personnes ont été égorgées et trois autres l'ont été alors qu'elles se rendaient aux champs», a précisé Donat Kibwana. En deux jours, les attaques attribuées aux membres du groupe armé d'origine ougandaise ADF ont fait au total 60 morts.

Opérations militaires

Les tueries de jeudi ont eu lieu à l'ouest de la route nationale numéro 4. L'armée congolaise qui a engagé des opérations contre le groupe armé ADF depuis le 30 octobre dans la partie est, a affirmé les avoir chassés de leurs principaux fiefs et tué cinq de leurs six chefs.

Les massacres à l'arme blanche de jeudi se sont déroulés pendant la journée, contrairement aux précédents qui ont eu lieu dans le silence de la nuit, comme dans la nuit de mardi à mercredi dans cette même zone de la cité d'Oicha, chef-lieu du territoire de Beni (Nord-Kivu, est), où au moins 36 civils ont été tués à la machette par des ADF, après plus de trois semaines d'accalmie.

À l'origine, les ADF sont des rebelles musulmans ougandais qui se sont installés dans l'est de la RDC en 1995. Ils ne lancent cependant plus d'attaques contre les frontières de l'Ouganda voisin depuis des années. Les ADF «possèdent les caractéristiques à la fois d'un groupe armé et d'une organisation criminelle, et semble suivre une idéologie islamiste extrême», selon un rapport remis la semaine dernière au Conseil de sécurité des Nations unies. Il n'y a pas assez d'éléments de renseignements pour prouver «des liens avec des groupes extrémistes islamiques internationaux», ajoute le rapport.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.