Passer au contenu principal

Nouvelles menaces d'Erdogan

Le président turc continue de menacer de reprendre l'offensive en Syrie si les accords ne sont pas respectés du côté kurde.

Le conflit entre Kurdes et Turques en Syrie.

La Turquie prendra les «mesures nécessaires» si deux accords conclus avec Washington et Moscou prévoyant le retrait d'une milice kurde du nord-est de la Syrie ne sont pas respectés, a prévenu mercredi le président Recep Tayyip Erdogan.

«Il n'est question d'aucun changement pour nous dans les mesures nécessaires qui devront être prises si jamais les promesses énoncées dans les accords conclus avec les États-Unis et la Russie ne sont pas tenues», a déclaré Recep Tayyip Erdogan, cité par la presse turque.

La Turquie a lancé le 9 octobre une opération dans le nord-est de la Syrie contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle qualifie de «terroriste» mais qui est soutenue par les pays occidentaux contre le groupe État islamique (EI).

Ankara a interrompu cette offensive la semaine dernière après un accord avec les États-Unis prévoyant le retrait des YPG à plus de 30 km de la frontière turque sur une longueur de 120 km, entre les villes de Tal Abyad et Ras al-Aïn.

Accord russo-turc

Et mardi, Recep Tayyip Erdogan a conclu avec son homologue russe Vladimir Poutine un autre accord aux termes duquel Moscou doit faciliter le retrait des YPG des portions restantes de la frontière turque comprises entre le fleuve Euphrate et la frontière irakienne.

Si l'accord avec les Américains n'est pas respecté, «alors nous reprendrons avec détermination» l'opération lancée le 9 octobre, a déclaré Recep Tayyip Erdogan dans une interview accordée à la presse turque dans l'avion le ramenant de son déplacement en Russie mardi.

«En ce qui concerne la Russie, Vladimir Poutine a parlé d'une manière très ferme. Nous allons sans aucun doute faire partir [les YPG], a-t-il dit. Vu qu'une telle promesse a été donnée, si elle n'est pas tenue, alors nous remplirons notre devoir», a ajouté Recep Tayyip Erdogan.

Aux termes de l'accord russo-turc conclu mardi, des militaires russes et syriens doivent notamment commencer à patrouiller mercredi dans certains secteurs frontaliers.

Avant Recep Tayyip Erdogan, le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu avait indiqué qu'Ankara comptait sur Moscou pour mettre en oeuvre l'accord, ajoutant que la Turquie n'avait toutefois «pas totalement confiance» dans le régime.

«Habits du régime»

Ankara, qui soutient des groupes rebelles opposés à Bachar el-Assad, redoute notamment que le régime permette aux forces kurdes de rester dans certaines zones.

Après le retrait de militaires américains déployés dans le nord de la Syrie, les YPG avaient appelé à la rescousse le régime qui a déployé des troupes dans plusieurs villes proches de la frontière turque.

Recep Tayyip Erdogan a dit que Vladimir Poutine lui avait assuré qu'il n'«autoriserait pas» les YPG à rester près de la frontière turque «en revêtant les habits du régime».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.