Nouvelles sanctions US contre le Venezuela

VenezuelaDonald Trump a ordonné lundi soir le gel des biens du gouvernement vénézuélien aux Etats-Unis.

Nicolas Maduro et son équipe le 4 août 2019.

Nicolas Maduro et son équipe le 4 août 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président Donald Trump a ordonné un gel total des biens aux Etats-Unis du gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro, a fait savoir lundi la Maison Blanche, accentuant ainsi la pression sur le dirigeant socialiste que Washington souhaite voir quitter le pouvoir.

«J'ai déterminé qu'il était nécessaire de bloquer les propriétés du gouvernement du Venezuela en raison de la poursuite de l'usurpation du pouvoir par le régime illégitime de Nicolas Maduro», a déclaré Donald Trump dans une lettre envoyée par la Maison Blanche à la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Ces biens «ne peuvent pas être transférés, payés, exportés, retirés ou manipulés», précise le décret présidentiel publié par la Maison Blanche. Toute transaction avec les autorités vénézuéliennes est également interdite.

Selon les informations du «Wall Street Journal», il s'agit là des premières mesures d'un embargo économique total décrété par Washington contre Caracas. Cela mettrait le Venezuela au même niveau que des pays comme la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie et Cuba.

Un ministre sur la liste des fugitifs

Donald Trump lui-même avait envisagé cette possibilité la semaine dernière devant la presse. «Envisagez-vous un embargo ou un isolement du Venezuela compte tenu du niveau d'implication de la Russie, de la Chine et de l'Iran?», lui a demandé jeudi un journaliste dans les jardins de la Maison Blanche. «Oui, je l'envisage», a répondu le président républicain, sans donner davantage de détails.

Egalement la semaine dernière, la police de l'immigration américaine a ajouté le ministre vénézuélien de l'Industrie Tareck El Aissami, suspecté de trafic de drogue, sur sa liste des fugitifs les plus recherchés.

Les Etats-Unis, suivis par une cinquantaine de pays, ont été les premiers en début d'année à reconnaître comme président par intérim le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido. Washington a imposé en avril un embargo pétrolier au Venezuela pour accentuer la pression sur Nicolas Maduro et le contraindre à quitter le pouvoir. (afp/nxp)

Créé: 06.08.2019, 04h16

Conférence internationale pour la démocratie au Venezuela, sans les alliés de Maduro

Une conférence internationale réunissant une soixantaine de pays se tient mardi à Lima pour tenter de trouver une solution pacifique à la crise politique au Venezuela, en l'absence des alliés du président Nicolas Maduro.

Convoquée par le Groupe de Lima, composé d'une douzaine de pays latino-américains et du Canada, la conférence accueillera une délégation américaine de haut rang envoyée par le président Donald Trump, menée par le secrétaire au Commerce Wilbur Ross et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton.

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim

Articles en relation

Le dialogue se poursuit au Venezuela

Amérique latine Le dialogue au Venezuela se poursuit en vue d'une solution «constitutionnelle», selon le médiateur norvégien. Plus...

Nicolas Maduro dénonce le «chantage» de l'UE

Venezuela L'UE a annoncé être prête à élargir encore les sanctions si les négociations de La Barbade ne débouchent sur «aucun résultat concret». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.