Novitchok: Londres accuse Vladimir Poutine

Royaume-UniLe gouvernement britannique accuse le président russe d'être responsable «en dernier ressort» de l'empoisonnement de Sergueï Skripal.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Londres a nommément accusé jeudi le président russe Vladimir Poutine d'être responsable de l'attaque au Novitchok perpétrée en mars contre un ex-espion russe en Angleterre. Une mise en cause balayée par Moscou devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

La première ministre britannique Theresa May avait accusé mercredi le renseignement militaire russe (GRU) d'être à l'origine de l'empoisonnement, avec ce puissant agent innervant mis au point par l'Union soviétique, de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre).

«En dernier ressort, bien sûr, il est responsable, c'est le dirigeant de l'Etat», a renchéri jeudi le secrétaire d'Etat britannique à la Sécurité, Ben Wallace, interrogé sur BBC Radio 4 sur la responsabilité de Vladimir Poutine dans ces opérations.

«En dernier ressort il l'est, dans la mesure où il est le président de la Fédération russe et où c'est son gouvernement qui contrôle, finance et dirige le renseignement militaire». «Je ne pense pas que quiconque puisse dire que Vladimir Poutine ne contrôle pas son Etat», a-t-il poursuivi. «Le GRU n'a pas la bride sur le cou».

La France, l'Allemagne, les États-Unis et le Canada ont annoncé dans un communiqué commun avoir «entièrement confiance» dans les conclusions de l'enquête britannique «selon lesquelles les deux suspects étaient des officiers du service de renseignement militaire russe (...) et que cette opération a très certainement été approuvée à un haut niveau de gouvernement» russe.

«Inadmissible», répond Moscou

Le Kremlin a jugé ces accusations «inadmissibles». «Ni les hautes autorités de la Russie, ni les responsables d'un niveau moins important (...) n'ont quoi que ce soit à voir avec ce qui s'est passé à Salisbury», a déclaré son porte-parole, Dmitri Peskov.

A New-York, lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia a accusé Londres de présenter «un cocktail de mensonges sans fondement». L'ambassadrice américaine, Nikki Haley, a elle salué «la clarté et les résultats indéniables» de l'enquête britannique.

Depuis le départ, Londres accuse Moscou d'être à l'origine de l'attaque. Cette affaire avait engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux, débouchant sur une vague d'expulsions croisées de diplomates et l'adoption en août de sanctions économiques par les Etats-Unis. (afp/nxp)

Créé: 06.09.2018, 09h44

Articles en relation

Skripal: mandat d'arrêt contre deux Russes

Royaume-Uni Deux hommes sont activement recherchés par Londres concernant l'affaire de l'empoisonnement de Sergueï Skripal. Plus...

Moscou réagira à toute «déclaration de guerre»

Sanctions américaines Les Etats-Unis ont annoncé jeudi l'éventualité d'une deuxième vague de sanctions contre la Russie après l'affaire Skripal. Moscou entend répliquer. Plus...

Le Kremlin tempête contre les sanctions

Affaire Skripal La Russie a vivement critiqué jeudi les sanctions des Etats-Unis à son égard suite à l'empoisonnement de l'ex-agent double Serguei Skripal en Grande-Bretagne. Plus...

Skripal: Washington sanctionne Moscou

Etats-Unis Les sanctions économiques devraient entrer en vigueur fin août, mais le gouvernement américain n'a pas précisé la nature de ces représailles. Plus...

Les empoisonneurs de Sergueï Skripal identifiés

Angleterre Grâce à des caméras de vidéosurveillance, la police britannique dit avoir identifié plusieurs suspects dans l'affaire Skripal. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.