La NSA peut tracer votre téléphone portable

SurveillanceDe nouvelles révélations montrent que la NSA récupère comme elle le veut les données de localisation de millions de téléphones portables afin de pister leurs propriétaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La crainte d'un Big Brother tout-puissant et incontrôlable ne cesse de se renforcer: on sait désormais que l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) peut suivre les téléphones portables à la trace.

Six mois après les premières révélations de l'ancien consultant Edward Snowden, aujourd'hui réfugié en Russie, l'étendue du pouvoir de l'agence américaine chargée des interceptions de communications s'apparente à un tonneau des Danaïdes: seuls 1%s des documents secrets fournis par Snowden à la presse ont été publiés, selon un rédacteur en chef du quotidien britannique Guardian.

Cette fois, c'est le Washington Post qui a dévoilé mercredi que l'agence interceptait les données de géolocalisation de centaines de millions de téléphones portables dans le monde.

L'agence stocke des informations sur «au moins des centaines de millions d'appareils» et enregistre «près de cinq milliards» de données de localisation par jour, affirme le quotidien sur son site internet. «Nous obtenons de vastes volumes» de données de géolocalisation partout dans le monde, a confirmé un haut responsable de cette collecte cité par le Post.

La NSA n'a pas souhaité faire de commentaire.

Données de localisation

Jusque-là, les révélations de Snowden ne mentionnaient, outre l'espionnage de nombreux responsables étrangers, que l'impressionnante collecte des métadonnées téléphoniques, comprenant notamment la durée des appels et les numéros appelés.

Mais le Post révèle mercredi que l'agence parvient aussi à pister les portables en se connectant aux câbles qui relient les différents réseaux mobiles dans le monde, y compris américains et, de ce fait, collecte «incidemment» des données de localisation de citoyens américains.

Au moins deux sociétés, dont le nom n'est pas cité, collaborent avec l'agence de renseignements à cette fin, selon le Post. Les données de localisation des téléphones appartenant à des citoyens américains en déplacement à l'étranger sont également captées.

Révélations troublantes

L'intérêt de cette collecte, permise par le dialogue constant entre un téléphone et l'antenne-relais la plus proche et de puissants algorithmes mathématiques, est de «retracer les mouvements et de mettre en lumière des relations cachées entre des personnes», explique le quotidien, selon qui le programme est baptisé CO-TRAVELER.

Ce nouvel empiétement dans la sphère privée a ulcéré les associations de défense des libertés individuelles.

«Les chemins que nous empruntons chaque jour peuvent révéler beaucoup sur nos relations politiques, professionnelles et intimes. Cette surveillance à grande échelle de centaines de millions de portables bafoue nos obligations internationales de respect de la vie privée des étrangers comme des Américains», s'est insurgée dans un communiqué Catherine Crump, une avocate de l'ACLU, la puissante association des libertés civiles.

Ces révélations sont «plus que troublantes», a de son côté estimé le Centre pour la démocratie et la technologie (CDT), selon qui «la géolocalisation des portables a de profondes implications pour la vie privée et fait froid dans le dos quant à la liberté de réunion».

Enormes capacités

Le volume de données enregistrées et stockées par la NSA atteindrait 27 térabits, soit deux fois le volume de l'ensemble du contenu de la Bibliothèque du Congrès, la plus importante du monde.

Ce volume d'information serait tel qu'il «surpasse notre capacité à digérer, traiter et stocker» les données, affirme le Washington Post, citant un document interne de la NSA datant de 2012.

«Les capacités de la NSA pour géolocaliser sont ahurissantes (...) et indiquent que l'agence est capable de rendre la plupart des efforts pour avoir des communications sécurisées futiles», croit encore savoir le Washington Post. Le seul moyen de s'en prémunir est de ne pas avoir de téléphone. Ou de l'éteindre.

A la suite des révélations Snowden, des sénateurs des deux camps ont commencé à plancher sur une proposition de loi, le USA Freedom Act, visant à introduire davantage de garde-fous aux activités de la NSA. Mais celle-ci se concentre sur la captation des métadonnées téléphoniques et ne fait aucune mention de la géolocalisation des téléphones portables. (ats/nxp)

Créé: 05.12.2013, 07h07

Articles en relation

La NSA traque les habitudes porno des islamistes

Document Surveiller les accès à des sites pornographiques pour mettre à mal leur crédibilité, la réputation et l'autorité de islamistes radicaux. Tel était le plan de la NSA révélé par Edward Snowden. Plus...

Google a songé à quitter les Etats-Unis pour fuir la NSA

Surveillance Le géant du Net a envisagé la possibilité de quitter les Etats-Unis dans le but de se soustraire à l’obligation de collaborer avec le Renseignement américain. Plus...

Anonymous prépare un logiciel anti-NSA

Vie privée Le collectif de hackers Anonymous planche sur un système d’exploitation sécurisé protégeant au maximum les informations personnelles de son utilisateur. Plus...

L'ombre de la NSA fait chuter les achats en ligne

Confidentialité Les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance d’internet par la NSA ont eu une influence directe sur l’économie numérique et les achats en ligne. Plus...

Les écoutes de la NSA font réagir les firmes suisses

Espionnage Si les privés ont peu changé leurs habitudes depuis les révélations sur l'espionnage américain, les entreprises sont devenues plus méfiantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...