La NSA ne veut pas de téléphones portables inviolables

Etats-UnisLe FBI et la NSA veulent empêcher des grands d'Internet comme Apple ou Google de mettre sur le marché des téléphones cryptés inviolables.

Patron de la NSA: «C'est un vrai problème de sécurité nationale.»

Patron de la NSA: «C'est un vrai problème de sécurité nationale.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux grandes agences fédérales américaines de la sécurité ne veulent pas qu'il soit possible que les téléphones puissent être utilisés à des fins terroristes ou criminelles.

Lundi, devant un parterre d'experts en cybersécurité réunis en colloque à Washington, l'amiral Mike Rogers, le patron de la NSA, la plus puissante des agences de renseignements électroniques, a repris le cri d'alarme déjà poussé en octobre par le directeur du FBI, James Comey.

Non, il ne faut pas laisser l'industrie commercialiser des téléphones portables inviolables, dont seul l'utilisateur détiendrait la clef d'accès aux données (numéros, photographies, messages...), a affirmé l'amiral.

Le patron de la NSA a espéré qu'un compromis puisse être trouvé avec l'industrie, pour qu'un «cadre légal» soit trouvé, et permette à la police ou aux agences de renseignements d'accéder aux données du portable d'une personne visée par une procédure judiciaire, par exemple. «C'est un vrai problème de sécurité nationale», a-t-il estimé.

Surveillance électronique

Mais le patron de la NSA avance sur un terrain miné. Les révélations d'Edward Snowden sur l'ampleur de la surveillance électronique de la NSA ont décuplé l'intérêt pour les techniques de cryptage, devenues nécessaires pour bon nombre de particuliers ou d'entreprises pour se protéger des curiosités malsaines.

Et les révélations se poursuivent. Vendredi, le site d'investigation The Intercept, animé par Glenn Greenwald, un proche de M. Snowden, révélait que la NSA avait monté un programme pour dérober les clefs de cryptage des cartes SIM, produites par des grands du secteur, comme Gemalto.

Les grandes entreprises américaines d'Internet doivent trouver le moyen désormais de rassurer leurs clients, ou perdre des parts de marché au profit d'entreprises non américaines. Et elles ont donc multiplié les annonces ces derniers mois sur des renforcements du cryptage.

Défiance

«La côte Ouest (berceau de la haute technologie aux Etats-Unis) est pleine de défiance vis-à-vis du gouvernement», a souligné Tim Maurer, chercheur à la fondation New America, qui organisait le colloque de lundi. «Ce n'est pas un hasard si le président Obama s'est rendu» à Stanford (Californie) il y a dix jours, pour parler de la coopération entre le gouvernement et l'industrie sur la cybersécurité, explique-t-il.

La proposition d'Apple et de Google (via le système d'exploitation Android) notamment est de donner à l'utilisateur seul la clef de cryptage de son téléphone - même le constructeur n'y aurait plus accès dès lors que l'utilisateur a pris possession de son appareil.

Beaucoup d'experts ont fait valoir qu'il n'y avait pas de demi-mesure possible avec cette technique. Prévoir une «porte dérobée» pour permettre à une autorité publique de rentrer dans les données revient à laisser planer un doute sur la sécurité de celle-ci, estiment-ils.

«Dialogue national»

«Sans compter que si les Etats-Unis obtiennent cette possibilité d'accès légale aux données, les autres Etats la demanderont aussi», transformant la situation en casse-tête pour les industriels, a expliqué Tim Maurer. Mais l'amiral Rogers a appelé à dépasser cette approche du «tout ou rien».

Il faut trouver une voie moyenne entre des systèmes de cryptage poreux, et des systèmes de cryptage totalement inaccessibles aux agences de sécurité comme le FBI ou la NSA, a-t-il estimé. Il a appelé à un «dialogue national» sur le sujet.

Un dialogue qui reste difficile à mettre en place. Lundi, l'amiral a refusé catégoriquement de répondre aux questions sur la collecte de clefs de cartes SIM par son agence. (ats/nxp)

Créé: 24.02.2015, 07h10

Galerie photo

Petit guide des scandales de la NSA

Petit guide des scandales de la NSA De Prism à Bullrun en passant par XKeyscore, retour sur les révélations explosives d'Edward Snowden.

Articles en relation

Après l'affaire «NSA», la Confédération écarte Cablecom

Données La Confédération ne veut plus confier de mandats à Cablecom pour des transferts de données, parce que l'entreprise a des propriétaires britanniques et américains. Plus...

La NSA et les Britanniques espionnent Deutsche Telekom

Allemagne L'Agence nationale de sécurité américaine et les services de renseignement britanniques (GCHQ) disposent d'accès cachés au réseau de plusieurs opérateurs téléphoniques allemands, selon le Spiegel qui paraîtra dimanche. Plus...

La NSA crée son moteur de recherche pour mieux espionner

Etats-Unis L'Agence nationale de sécurité a mis au point un système pour faciliter les recherches dans les 850 milliards d'enregistrements à sa disposition. Les citoyens seraient aussi visés. Plus...

La NSA a espionné bon nombre d'internautes ordinaires

Surveillance américaine Selon une enquête journalistique, la grande majorité des communications interceptées par la NSA concernaient des internautes ordinaires, au lieu de ressortissants étrangers surveillés avec l'accord de la justice. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.