Le mouvement «Nuit debout» va se poursuivre

ParisLe mouvement «Nuit debout» reprendra lundi soir à Paris, une nouvelle déclaration de manifestation ayant été déposée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mouvement «Nuit debout» va se poursuivre à Paris. Évacués dans le calme lundi matin place de la République par les forces de l'ordre, les manifestants devaient réinvestir les lieux lundi soir, comme dans de nombreuses autres villes de France.

Une nouvelle déclaration d'occupation a été déposée par le collectif pour deux nuits, lundi et mardi soir, alors que l'autorisation d'occuper la place parisienne courait jusqu'au 11 avril.

Contactée par Reuters, la préfecture de police de Paris a rappelé que, dans la loi française, «le principe de la liberté de manifester prévaut, il y a donc de fortes chances que l'occupation ait lieu», en l'absence d'interdiction.

Se réapproprier l'espace public

L'évacuation des manifestants de «Nuit debout» de la place par les forces de l'ordre, qui ont fait déblayer toutes les tentes et abris de fortune, «ne change rien» a déclaré Jean, un membre du collectif qui souhaite rester anonyme.

«Notre action est une réappropriation de l'espace public. Chaque jour, il y a des évacuations et on revient de plus en plus nombreux», a-t-il expliqué.

«Nuit debout», né au soir du 31 mars, s'est cristallisé autour de la réforme du Code du travail mais va au-delà. «On n'a aucune revendication. On rassemble plusieurs crispations de notre société, que ce soit sur le plan écologique, de la justice sociale ou sur le contrôle au faciès. On est en train de libérer la parole des citoyens de la torpeur», rajoute Jean.

Éviter les débordements

Des voix commençaient à se faire entendre à droite comme à gauche pour demander l'interdiction de l'occupation de la place de la République après les débordements de la nuit de samedi à dimanche, qui ont notamment visé le domicile du Premier ministre Manuel Valls.

«Il faut le tolérer mais il faut l'encadrer», a déclaré le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, sur France Info. «Il y des 'CRS debout' qui seront là pour faire en sorte que les violences ne viennent pas perturber ceux qui veulent discuter.»

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, qui a reçu lundi avec le Premier ministre Manuel Valls les organisations de jeunesse pour désamorcer l'opposition des jeunes à la réforme du Code du Travail, a dit être attentive au mouvement.

«Cette mobilisation dépasse largement le cadre de la loi, c'est un contexte, il y a cette nouvelle approche démocratique, il faut y être attentif», a-t-elle dit sur Europe 1. «La liberté de manifester c'est pas la liberté de casser ou d'agresser et il faut bien distinguer.»

(ats/nxp)

Créé: 11.04.2016, 15h08

Articles en relation

Onzième Nuit debout place de la République

France Un jardin a été aménagé au pied des arbres, pour la 11e nuit consécutive. Plus...

Des Nuits Debout partout en France

France Après une nouvelle journée de manifestations contre la loi travail, des rassemblements nocturnes ont eu lieu dans 60 villes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.