Passer au contenu principal

FranceNuit debout: le rassemblement dispersé

La police a dispersé la manifestation, place de la République dans la nuit de jeudi à vendredi. Des voitures ont été brûlées.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait état de 62 interpellations en France à la suite des violences. 78'000 personnes ont défilé selon la police, 170'000 selon les organisateurs. (Jeudi 15 septembre 2016)
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a fait état de 62 interpellations en France à la suite des violences. 78'000 personnes ont défilé selon la police, 170'000 selon les organisateurs. (Jeudi 15 septembre 2016)
Keystone
Les violences qui ont éclaté jeudi en France, lors des manifestations pour réclamer l'abrogation de la loi Travail, ont fait une vingtaine de blessés. (15 septembre 2016)
Les violences qui ont éclaté jeudi en France, lors des manifestations pour réclamer l'abrogation de la loi Travail, ont fait une vingtaine de blessés. (15 septembre 2016)
AFP
Deux journées de mobilisation ont eu lieu dans plusieurs villes française dont Paris pour protester contre la réforme de la loi Travail. (jeudi 17 mars 2016)
Deux journées de mobilisation ont eu lieu dans plusieurs villes française dont Paris pour protester contre la réforme de la loi Travail. (jeudi 17 mars 2016)
ETIENNE LAURENT, AFP
1 / 112

Des incidents se sont produits dans la nuit de jeudi à vendredi à Paris lorsque la police a dispersé le rassemblement Nuit debout. Elle a interpellé 27 personnes et 24 ont été placées en garde à vue, a annoncé la Préfecture de police.

Les forces de l'ordre disent avoir été la cible de projectiles, sur la Place de la République, et avoir répondu en faisant usage de gaz lacrymogène. Vendredi vers 01h30, elles ont commencé à disperser plusieurs centaines de personnes qui refusaient de quitter la place. Le rassemblement du mouvement Nuit debout n'était autorisé que jusqu'à minuit.

Lors de cette dispersion, les forces de l'ordre, déjà prises pour cibles dans la soirée, «ont à nouveau reçu de nombreux jets de projectiles, provenant notamment d'un bloc en béton découpé au burin et au marteau par des individus», selon la Préfecture de police.

A 01h50, «une centaine de manifestants particulièrement virulents et mobiles ont forcé le barrage mis en place Avenue de la République occasionnant de nombreuses dégradations», ajoute-t-elle. Deux voitures électriques en libre-service Autolib et deux scooters ont notamment été incendiés, a rapporté un journaliste de l'AFP.

«Jusqu'à 03h30, les forces de l'ordre ont subi des jets de projectiles. On ne dénombre aucun blessé, ni du côté de la police ni de celui des manifestants», indique la Préfecture de police dans un communiqué. Les personnes mises en garde à vue feront «l'objet de poursuites judiciaires».

Un mois de manifestation

Leurs arrestations s'ajoutent aux 21 interpellations effectuées jeudi à Paris lors de la manifestation contre la révision du code du travail qui a donné lieu à de violents affrontements entre «300 casseurs» et policiers, selon la préfecture.

Le mouvement «Nuit debout» a débuté le 31 mars dernier, au soir d'une manifestation contre le projet de réforme du Code du travail. Il se donne désormais pour but de faire converger des luttes disparates.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.