Obama: «Je crois en Hillary Clinton»

Présidentielle américaineLe président américain a participé à un premier meeting de soutien à Clinton.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président des Etats-Unis Barack Obama a prononcé mardi à Charlotte, en Caroline du Nord, un vibrant plaidoyer en faveur d'Hillary Clinton, candidate démocrate à sa succession à la Maison Blanche, louant son énergie et sa combativité.

«Je suis ici aujourd'hui car je crois en Hillary Clinton», a lancé Barack Obama lors de son premier meeting commun lors de la campagne 2016 avec son ancienne rivale lors des primaires démocrates de 2008.

Quelques heures plus tôt, le FBI avait recommandé de ne pas poursuivre l'ancienne secrétaire d'Etat dans l'affaire de l'utilisation de serveurs et d'une messagerie privés lorsqu'elle était à la tête de la diplomatie américaine.

Ensemble à bord du Air Force One

Après avoir rejoint la Caroline du Nord ensemble à bord d'Air Force One - une décision qui a suscité une avalanche de critiques dans le camp républicain -, Barack Obama et Hillary Clinton se sont retrouvés sur scène, à Charlotte. C'est la première étape d'une série d'événements qui visent à rassembler les électeurs autour d'une candidate qui peine à enthousiasmer les foules.

«Il n'y a jamais eu un homme ou une femme qui soit aussi qualifié pour ce poste. Jamais !», a ajouté Barack Obama, insistant longuement sur les quatre années durant lesquelles - lors de son premier mandat - Hillary Clinton a dirigé la diplomatie américaine en faisant preuve de «force» et de «leadership».

«L'autre camp n'a rien à vous offrir»

Hillary Clinton «sera une femme d'Etat qui fera notre fierté à travers le monde», a-t-il clamé, avant de scander, avec une foule enthousiaste: «Hillary ! Hillary ! Hillary !».

«L'autre camp n'a rien à vous offrir», a encore ajouté Barack Obama élu en 2008 puis réélu en 2012, visiblement ravi de retrouver l'atmosphère de campagne.

Manches de chemise retroussées, debout au pupitre devant la candidate assise en retrait, tout sourire, Barack Obama a aussi décoché quelques piques à Donald Trump, rival républicain d'Hillary Clinton.

«Rivaux politiques, puis partenaires, puis amis»

«Tout le monde peut tweeter», a-t-il ironisé, insistant sur le défi que représente le fait de prendre des décisions au quotidien depuis le Bureau ovale.

«Si vous votez pour l'autre équipe, cela ne peut être à cause de l'économie», a-t-il poursuivi. «Même les républicains ne savent pas vraiment de quoi il parle», a-t-il ajouté, sans mentionner Donald Trump par son nom. Etre président des Etats-Unis, «ce n'est pas la télé-réalité, c'est la réalité», a-t-il encore lancé.

Auparavant, Hillary Clinton avait retracé l'évolution de sa relation avec Barack Obama: «Rivaux politiques, puis partenaires, puis amis». «Il connait deux ou trois choses sur la façon de gagner une élection, croyez-moi !», avait-elle ajouté, évoquant les primaires âprement disputées de 2008.

Profiter du soutien présidentiel

A trois semaines de la convention démocrate à Philadelphie, au cours de laquelle Mme Clinton sera formellement investie candidate du parti aux dépens de Bernie Sanders, l'épouse de Bill Clinton entend profiter à plein du soutien présidentiel.

En Caroline du Nord, l'un «swing States» (Etats cruciaux qui peuvent basculer autant du côté républicain que du côté démocrate), elle espère en particulier s'appuyer sur Barack Obama pour galvaniser l'électorat noir, au sein duquel ce dernier enregistre des scores inégalés.

(afp/nxp)

Créé: 05.07.2016, 23h23

Articles en relation

Le FBI recommande de ne pas poursuivre Hillary

Etats-Unis Le FBI a transmis mardi son dossier d'enquête dans le cadre de l'affaire des emails d'Hillary Clinton. Plus...

Obama en campagne aux côtés de Clinton

Présidentielle américaine Le président va rejoindre la candidate démocrate en Caroline du Nord. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.