L'offensive turque se poursuit à Afrine

SyriePrès de 15'000 personnes ont fui la ville située dans le nord-ouest de la Syrie, depuis le début de l'opération militaire menée par Ankara.

L'armée turque a lancé son opération le 20 janvier.

L'armée turque a lancé son opération le 20 janvier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De violents affrontements entre forces turques et combattants kurdes de Syrie ont secoué mercredi des villages de l'enclave syrienne d'Afrine (nord-ouest), pilonnée par les frappes aériennes et où les blessés continuent d'affluer dans les hôpitaux.

Ankara ne cesse de réitérer sa détermination à poursuivre son offensive lancée le 20 janvier, malgré les appels à la retenue. Mercredi, le président français Emmanuel Macron l'a mis en garde contre toute velléité «d'invasion» de la Syrie.

La Turquie a lancé cette nouvelle opération avec l'aide de rebelles syriens pour chasser de sa frontière la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), classée groupe «terroriste» par Ankara mais alliée incontournable de Washington dans la lutte contre les djihadistes .

Aviation turque

Les avions turcs ont survolé mercredi matin la ville d'Afrine, a constaté un correspondant de l'AFP, et les bombardements dans les environs de la cité ont gagné en intensité ces derniers jours, a-t-il précisé.

Mais les combats les plus violents se déroulent principalement dans le nord et l'ouest de la région. Ils sont accompagnés de tirs d'artillerie et de frappes aériennes turques, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A Afrine, quelque 15'000 personnes fuyant les combats ont été déplacées dans la région, tandis qu'un millier ont trouvé refuge dans la province voisine d'Alep, selon Ursula Mueller, secrétaire générale adjointe de l'ONU, chargée des Affaires humanitaires.

«Les civils meurent»

Dans le principal hôpital de la ville d'Afrine, les blessés continuent d'affluer mercredi, a précisé le correspondant de l'AFP. Allongée sur un lit d'hôpital, une vieille dame au visage ridé pleure bruyamment alors qu'un médecin tente d'examiner son crâne.

Une infirmière demande à un jeune garçon d'ouvrir la main, pendant qu'elle enroule un bandage, tandis qu'une de ses collègues lui nettoie une plaie à la jambe. «Tout le monde sait que les civils meurent», tonnait déjà mardi soir un vieillard dans l'hôpital après avoir perdu 12 membres de sa famille.

Une famille de quatre personnes est elle venue récupérer le corps du patriarche, 80 ans. La tête posée contre le cercueil, une femme pleure. Des responsables kurdes ont affirmé que les bombardements turcs sur Afrine mercredi avaient tué un enfant et blessé 10 civils. L'OSDH a confirmé la mort d'un enfant mercredi.

Seules les positions militaires visées, dit Ankara

La Turquie dit prendre pour cible uniquement les positions militaires des YPG. Mardi, le ministre turc de la Défense, Nurettin Canikli, a assuré devant le Parlement que l'armée et les rebelles syriens qui lui sont alliés «n'ont fait de mal à aucun civil».

Côté turc, une adolescente de 17 ans a été tuée dans la ville frontalière de Reyhanli par une roquette tirée depuis le nord de la Syrie, une attaque imputée aux YPG par l'agence étatique Anadolu.

Depuis le début de l'offensive, les villes frontalières en Turquie sont régulièrement la cible de tirs de roquettes, qui ont déjà fait au moins quatre morts.

«Opération d'invasion»

Evoquée depuis plusieurs mois, l'intervention turque à Afrine a été précipitée par l'annonce de la création d'une «force frontalière» incluant les YPG, et parrainée par la coalition internationale antijihadistes emmenée par Washington.

La Turquie n'a jamais accepté l'autonomie de facto établie par les Kurdes dans le nord syrien à la faveur du conflit, craignant de voir sa propre communauté kurde développer des aspirations similaires.

Mercredi, M. Macron a exprimé sa préoccupation, dans un article mis en ligne par Le Figaro. Si «cette opération devait prendre un autre tour qu'une action pour lutter contre un potentiel terroriste menaçant la frontière turque, et que c'était une opération d'invasion, à ce moment, cette opération nous pose(rait) un problème réel», a-t-il affirmé.

Réagissant à ces déclarations, le Premier ministre turc Binali Yildirim a déclaré que cette «idée (était) fondamentalement erronée», assurant que son pays n'agissait «absolument pas dans une logique d'invasion».

Depuis le 20 janvier, 91 combattants kurdes ont été tués de même que 85 rebelles pro-Ankara, selon l'OSDH. En outre, 68 civils dont 21 enfants ont péri dans les bombardements turcs sur Afrine, a ajouté l'ONG. Ankara a par ailleurs affirmé avoir perdu sept soldats dans l'opération.

L'offensive vient compliquer davantage la recherche d'une solution à la guerre en Syrie, qui a fait depuis 2011 plus de 340'000 morts. (afp/nxp)

Créé: 31.01.2018, 21h28

Articles en relation

Erdogan menace d'élargir son offensive en Syrie

Turquie Le président turc veut «nettoyer» Minbej, située à une centaine de kilomètres à l'est d'Afrine où des forces américaines sont présentes. Plus...

Afrine exhorte Damas à intervenir

Guerre en Syrie Erdogan a promis de poursuivre l'offensive contre les Kurdes. Ces derniers en appellent à l'aide de Damas. Plus...

Macron exprime ses préoccupations à Erdogan

Syrie Suite à l'offensive militaire dans la région d'Afrine, le président français ainsi que les Etats-Unis ont fait part de leurs craintes à la Turquie. Plus...

L'offensive turque contre les Kurdes se poursuit

Syrie Les combats font rage dans la région d'Afrine, au troisième jour de l'opération militaire turque contre les milices kurdes des YPG. Plus...

La Turquie mène une opération militaire en Syrie

Syrie L'armée turque a lancé une offensive terrestre et aérienne dans l'enclave d'Afrine aux mains d'une milice kurde. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.