Passer au contenu principal

Omar el-Béchir a pu repartir d'Afrique du Sud sans encombres

Réclamé pour crimes contre l'humanité et génocide commis au Darfour, le président du Soudan n’a pas été arrêté à Johannesburg.

Omar el-Béchir, le président soudanais.
Omar el-Béchir, le président soudanais.
DR

Encore raté! Omar el-Béchir a tranquillement pu rentrer chez lui à Khartoum, narguant une fois de plus la justice internationale. Un juge de Pretoria, Dunstan Mlambo, avait pourtant interdit dimanche au président soudanais de quitter l’Afrique du Sud, où il s’était rendu pour assister à un sommet de l’Union africaine. Ceci, en attendant de statuer sur les mandats d’arrêts émanant de la Cour pénale internationale (CPI), qui le réclame depuis des années pour crimes de guerres, crimes contre l’humanité et génocide, commis au Darfour au cours des années 2000.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.