Une ONG de défense numérique créée à Vienne

CombatL’organisation basée en Autriche prévoit de lutter contre les abus dans l’utilisation commerciale des données personnelles.

Le jeune juriste autrichien Max Schrems a annoncé mercredi ses plans pour ce centre européen pour les droits numériques.

Le jeune juriste autrichien Max Schrems a annoncé mercredi ses plans pour ce centre européen pour les droits numériques. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle s’appelle NOYB, pour «None of your business» (ce ne sont pas vos affaires). Ce nom acerbe est trompeur: l’action de cette nouvelle organisation non gouvernementale concerne en fait tout le monde. Le jeune juriste autrichien Max Schrems, qui s’est fait connaître en menant un combat législatif international contre Facebook, a annoncé mercredi matin ses plans pour ce centre européen pour les droits numériques. Si sa campagne de financement continue de se développer positivement, celui-ci ouvrira en février prochain et son siège se tiendra à Vienne.

L’organisation, dont le comité directeur compte, outre son initiateur, un expert de la protection des données et une avocate spécialiste du droit des consommateurs, veut se concentrer sur les abus dans l’utilisation commerciale des informations personnelles. «Certaines multinationales fondent leur modèle économique sur une exploitation illégale de ces data, explique l’activiste. Pour elles, il est plus lucratif de ne pas respecter les lois en la matière.» Afin de contrer ces géants du Net, il a donc mûri depuis quatre ans l’idée d’une ONG qui pourrait coordonner des actions en justice au niveau européen. En poursuivant Facebook pour ne pas avoir protégé les informations privées de ses utilisateurs – en particulier face aux renseignements américains – Max Schrems a provoqué l’invalidation, il y a deux ans, de l’accord Safe Harbor, qui encadrait les échanges de données de l’Union européenne avec l’Outre-Atlantique. Avec son NOYB, l’Autrichien entend maintenant systématiser cet exemple.

Le 25 mai 2018 entrera en vigueur un nouveau règlement communautaire sur la protection des données, qui renforcera les recours juridiques. La nouvelle ONG projette de s’en saisir immédiatement pour mener ses premières actions. Elle dispose pour cela du soutien pécuniaire de l’association américaine Epic, des syndicats de consommateurs autrichiens et norvégiens et du moteur de recherche Startpage. Une campagne de financement participatif a été lancée pour rassembler les 80% de son budget prévisionnel manquant.

«Nous n’avons pas encore de partenaires en Suisse», regrette Max Schrems. Pourtant, les internautes helvètes profiteront aussi de son action. La plupart des entreprises numériques agissent en effet sur les marchés internationaux depuis un siège dans l’UE, de sorte que leur comportement dans l’Union se ressent en Suisse, mais aussi en Chine ou en Afrique. (24 heures)

Créé: 30.11.2017, 20h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Johnny monument national. (Paru le 9 décembre)
(Image: Vallott) Plus...