A l'ONU, la Hongrie dit non aux migrations

DiplomatieLa Hongrie ne ratifiera pas le Pacte migratoire de l'ONU, qui irait «à l'encontre de l'intérêt national» hongrois.

Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a appelé «la communauté internationale à ne pas encourager les vagues migratoires mais à y mettre fin».

Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a appelé «la communauté internationale à ne pas encourager les vagues migratoires mais à y mettre fin». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Hongrie est opposée au Pacte migratoire de l'ONU qui sera formellement entériné en décembre au Maroc, a affirmé vendredi le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto. «Ce Pacte va à l'encontre de notre intérêt national», a clamé le ministre hongrois.

«Il suggère que les migrations sont bénéfiques», «il suggère qu'une société pluriculturelle est meilleure qu'une société homogène», a dénoncé Peter Szijjarto, dont le discours à la tribune de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU était axé sur l'opposition de son pays à l'immigration.

«C'est aux pays de décider» et «nous exhortons la communauté internationale à ne pas encourager les vagues migratoires mais à y mettre fin», a déclaré le ministre. Les pays de l'ONU, à l'exception des Etats-Unis, ont approuvé en juillet la création d'un Pacte mondial non contraignant sur les migrations. Quelques jours plus tard, la Hongrie avait annoncé son retrait de cet accord.

La Hongrie, où le Premier ministre souverainiste Viktor Orban a été réélu en avril, s'est illustrée depuis 2015 par sa politique hostile à l'accueil de migrants extra-européens, position qui l'a exposée aux critiques de ses partenaires européens.

Ambassadeurs suisse et colombien

En juillet, en saluant l'approbation du Pacte sur les migrations, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait souligné que «les migrants étaient un moteur extraordinaire de croissance». Le «Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulée» est «non contraignant mais c'est un pas sans précédent pour accroître la coopération internationale», avait-il estimé.

Le texte, qui doit être approuvé à Marrakech les 10 et 11 décembre, a été négocié durant 18 mois sous la houlette des ambassadeurs suisse et colombien. Le «Global Compact on Migration», en version originale, vise à rendre la migration mondiale sûre, ordonnée et régulière.

Mercredi, le président de la Confédération Alain Berset avait lui fait campagne à New York pour ce nouveau Pacte migratoire de l'ONU. «Que les négociations sur le Pacte portent leurs fruits en ces temps difficiles est une grande victoire de la coopération dans la diplomatie multilatérale», avait-il affirmé. Et de souligner qu'il s'agit du premier document historique de ce type sur lequel tous les pays du monde ont travaillé conjointement - à l'exception de deux.

Catalogue de mesures

Considéré comme le premier document international sur la gestion des migrations, le Pacte recense une série de principes - défense des droits de l'Homme, des droits des enfants, reconnaissance de la souveraineté nationale, etc - et comprend un catalogue de mesures pour aider les pays à faire face aux migrations: améliorer l'information, mesures pour mieux intégrer les migrants, échange d'expertises...

Aujourd'hui, les migrants internationaux représentent déjà 3,4 % de la population du monde; ils produisent près de 9 % de la richesse mondiale. «La migration doit être considérée comme un enrichissement - économique et culturel », avait aussi déclaré Alain Berset. (ats/nxp)

Créé: 29.09.2018, 03h41

Articles en relation

Varsovie soutient la Hongrie face à l'UE

Hongrie La Pologne a annoncé ce jeudi qu'elle mettra son veto à d'éventuelles sanctions de l'Union européenne contre la Hongrie. Plus...

Migrants: Orban rejette tout «chantage» de l'UE

Hongrie Devant le Parlement européen de Strasbourg, le Premier ministre hongrois a refusé de changer de position sur les migrants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.