L'ONU s'inquiète des abus des forces de l'ordre

ColombieL'ONU dénonce, dans un rapport un usage «inutile et disproportionné de la force» de la police et des militaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Haute commissaire de l'ONU pour les droits humains a alerté mercredi sur les homicides et autres abus présumés commis par des militaires et des policiers en Colombie, depuis l'accord de paix de 2016 avec l'ex-guérilla Farc.

Lors de la présentation du rapport annuel sur la situation des droits humains dans ce pays, le représentant de la haute commissaire Michelle Bachelet a fait état de «15 cas présumés de privation arbitraire du droit à la vie en 2019» aux mains des forces de l'ordre. «Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré par ce service depuis 2016», a souligné Alberto Brunori, représentant en Colombie de la Haute commissaire de l'ONU pour les droits humains.

Fin novembre 2016, le gouvernement de l'ex-président centriste Juan Manuel Santos et la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) signaient, avec le soutien de l'ONU, un accord de paix historique. Ce pacte a permis le désarmement de la plus ancienne rébellion du continent américain, apparue en 1964, et sa transformation en parti politique sous le même acronyme et le nom de Force alternative révolutionnaire commune.

«Réactions excessives de la force publique»

Alberto Brunori a précisé que dans 13 cas de morts impliquant des agents de l'État, «il a été observé» un usage «inutile et/ou disproportionné de la force». De ce fait, «la Haute commissaire appelle l'État à restreindre le plus possible (...) le recours à l'armée dans des situations liées à la sécurité citoyenne, y compris de protestation sociale».

Le rapport fait en outre état d'abus sexuels, de corruption, de complicité avec des groupes illégaux et d'attaques contre des journalistes par des membres des forces de l'ordre. Alberto Brunori a exprimé la «préoccupation» que les enquêtes sur de présumées violations des droits humains soient menées par la justice militaire.

Avant la signature de la paix avec les Farc, les forces armées ont été confrontées au plus grand scandale de leur histoire pour les exécutions extra-judiciaires de quelque 2248 civils, dont 59% entre 2006 et 2008 sous le gouvernement de l'ex-président d'ultra-droite Alvaro Uribe, selon le Parquet. Par ailleurs, l'ONU dénonce des «réactions excessives de la force publique» aux manifestations de novembre dernier contre la politique du président Ivan Duque, dauphin de Alvaro Uribe.

Le rapport cite notamment la mort d'un jeune de 18 ans, Dilan Cruz, consécutive à des blessures à la tête. Il dénonce aussi l'implication de la police dans des cas de «torture et traitements cruels, inhumains et dégradants, avec mise à nue forcée, menaces de mort à tendance raciste et des passages à tabac répétés».

Le nombre de morts violentes s'est accru

L'ONU condamne en outre des «attaques contre des journalistes» durant ces manifestations, avec 23 cas attribués à la police, selon des chiffres de la Fondation pour la liberté de la presse. Alberto Brunori a également évoqué «trois cas présumés de violence sexuelle perpétrés par des membres de l'armée» l'an dernier. Le rapport souligne qu'en dépit de l'«augmentation de la présence militaire» dans des régions comme l'Arauca (nord-est), le Catatumbo (nord-est), le nord du Cauca (sud-ouest) et le sud du Cordoba (nord-ouest), le nombre de morts violentes s'est accru.

Le taux national d'homicides en 2019 a été de 25 pour 100'000 habitants et l'ONU a répertorié «36 massacres, le nombre le plus élevé depuis 2014», ayant fait 133 morts. Bien que l'accord de 2016 ait réduit l'intensité du conflit, des guérilleros de l'Armée de libération nationale (ELN), des dissidents des Farc, ainsi que des paramilitaires et des narco-trafiquants opèrent dans plusieurs régions du pays. (afp/nxp)

Créé: 27.02.2020, 00h02

Articles en relation

Nouvelles violences entre manifestants et police

Colombie Mardi, les manifestations ont fait 11 blessés lors d'affrontements avec la police, qui a par ailleurs fait une centaine d'arrestations. Plus...

Nouvelle manifestation contre Ivan Duque

Colombie Une manifestation bruyante et colorée contre le président colombien Ivan Duque a eu lieu dimanche à Bogota. Plus...

La mobilisation continue contre Ivan Duque

Colombie Après deux semaines de protestation, l'affluence était moindre dans les rues, que ce soit à Bogota ou dans le reste du pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.