L'ONU veut «un cessez-le-feu durable» en Libye

DiplomatieAprès trois semaines de pourparlers, le Conseil de sécurité de l'ONU a enfin approuvé une résolution pour la Libye.

La résolution «affirme la nécessité d'un cessez-le-feu durable en Libye, à la première occasion et sans pré-conditions». (Image d'illustration)

La résolution «affirme la nécessité d'un cessez-le-feu durable en Libye, à la première occasion et sans pré-conditions». (Image d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé mercredi, pour la première fois depuis la relance en avril d'un conflit en Libye, une résolution réclamant qu'«un cessez-le-feu durable» succède dans ce pays à la trêve fragile observée depuis janvier. Le texte, rédigé par le Royaume-Uni, a été approuvé par 14 voix sur 15, la Russie s'abstenant.

Il a fait l'objet d'âpres discussions pendant plus de trois semaines, illustrant des divisions internationales persistantes malgré l'unité affichée lors d'un sommet à Berlin le 19 janvier impliquant les présidents russe et turc qui soutiennent chacun un des deux camps opposés en Libye. La résolution «affirme la nécessité d'un cessez-le-feu durable en Libye, à la première occasion et sans pré-conditions».

Londres a choisi de maintenir dans le texte la mention de la «préoccupation (du Conseil) devant l'implication croissante de mercenaires en Libye», objet la semaine dernière d'un blocage des négociations par la Russie, Moscou réclamant de remplacer le mot «mercenaires» par «combattants terroristes étrangers».

La Russie est accusée depuis plusieurs mois d'avoir soutenu l'acheminement en Libye de plusieurs milliers de mercenaires du groupe privé Wagner réputé proche de la présidence russe, au profit du maréchal Khalifa Haftar qui cherche depuis le 4 avril 2019 à s'emparer militairement de Tripoli où siège le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, reconnu par l'ONU. Moscou a nié tout rôle dans le déploiement en Libye de mercenaires russes.

«Groupe Wagner»

Lors des négociations, les États-Unis ont réclamé l'identification claire du groupe Wagner dans le texte, avaient confié à l'AFP des diplomates. Avant d'accepter la seule mention de «mercenaires».

L'ambassadrice américaine adjointe à l'ONU, Cherith Norman Chalet, a regretté après le vote que le Conseil de sécurité n'ait pas été uni. «Il est également très regrettable que des mercenaires étrangers, y compris du groupe Wagner lié au Kremlin, rendent plus difficile une solution politique inclusive» en Libye, a-t-elle ajouté.

L'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, a expliqué l'abstention de son pays par des «doutes» à Moscou sur la possibilité de faire appliquer cette résolution alors que les modalités d'un cessez-le-feu ne sont pas encore arrêtées par les belligérants.

La résolution réclame la poursuite des négociations de la commission militaire conjointe créée en janvier et réunissant les deux camps, pour aboutir à un «cessez-le-feu permanent» incluant un mécanisme de contrôle, une séparation des forces et des mesures de confiance. Réunie à Genève, cette commission s'est séparée samedi sans parvenir à un accord, l'ONU proposant de reprendre les discussions à partir du 18 février.

«Scandale»

Selon une source diplomatique requérant l'anonymat, la Russie a voulu faire traîner les discussions à New York pour limiter les pressions de l'ONU sur le maréchal Haftar. «Certains sur le terrain continuent de penser qu'une solution militaire est possible», précise cette source.

Dans une déclaration commune, les membres de l'Union européenne siègeant au Conseil de sécurité (Estonie, Belgique, France, Allemagne et la Pologne, ex-membre non permanent) - sans le Royaume Uni - ont souligné que pour eux «il est clair qu'il n'y a pas de solution militaire en Libye».

La résolution demande au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, de soumettre des propositions sur le contrôle d'un cessez-le-feu «dès que possible, une fois (que celui-ci) sera décidé par les parties libyennes». Le texte invite aussi les organisations régionales, «notamment l'Union africaine, la Ligue des États Arabes et l'Union européenne», à voir «de manière coordonnée et harmonieuse» comment elles «pourraient soutenir l'ONU» dans sa recherche d'une solution politique et d'une supervision d'un cessez-le-feu.

140'000 déplacés et plus de 1000 morts

Le texte entérine enfin les conclusions du sommet de Berlin qui demandait aux États membres de s'abstenir de toute interférence dans le conflit libyen. En dépit d'un embargo sur les armes imposé pour ce pays depuis 2011, les violations à cette mesure se sont poursuivies encore très récemment, qualifiées de véritable «scandale» encore ce week-end par Antonio Guterres.

Fin 2019 un rapport onusien avait ciblé à ce sujet les Émirats Arabes Unis, la Turquie et la Jordanie et identifié plusieurs groupes armés du Soudan et du Tchad. L'embargo sur les armes a été prolongé mardi par l'ONU jusqu'au 30 avril 2021, sans que son application ait été renforcée.

L'Union européenne a promis en janvier de s'y atteler, sans résultat concret à ce jour. Le maréchal Haftar est soutenu surtout par les Émirats, l'Egypte, la Jordanie ou la Russie, son adversaire Fayez al-Sarraj par la Turquie et l'Italie. Les affrontements ont causé la mort de plus de 1000 personnes tandis que 140'000 ont été déplacées, selon l'ONU. (afp/nxp)

Créé: 13.02.2020, 00h33

Articles en relation

L'Union africaine veut peser plus en Libye

Diplomatie Ambitieuse, l'UA souhaite être plus efficace dans la médiation des conflits, qui se multiplient sur le continent africain. Plus...

L'ONU avance vers un cessez-le-feu en Libye

Genève La commission militaire libyenne réunie à l'ONU depuis lundi fait état d'avancées vers un projet d'accord entre les deux camps qui s'opposent dans le pays. Les discussions se poursuivront vendredi. Plus...

Moscou bloque un projet de résolution sur la Libye

Diplomatie La Russie a refusé l'apparition du mot «mercenaire» dans le texte, ce qui pourrait empêcher un vote un Conseil de sécurité prochainement. Plus...

Libye: fin sans accord des pourparlers à Genève

Guerre civile Il reste des «points de divergence» entre les belligérants en Libye à l'issue des pourparlers de Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.