L'ONU veut que les civils soient protégés

SyrieLe secrétaire général de l'ONU appelle les différents protagonistes à épargner les civils dans le nord-ouest de la Syrie.

Une famille syrienne, fuyant la province d'Idleb.

Une famille syrienne, fuyant la province d'Idleb. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, inquiet de l'intensification des hostilités dans le nord-ouest de la Syrie, a exhorté lundi les belligérants à protéger les civils. Il demande à la Russie de contribuer à y faire respecter un cessez-le-feu.

«Le 5 mai, trois centres médicaux ont été touchés par des frappes aériennes, portant à au moins sept le nombre de ces installations attaquées depuis le 28 avril», dénonce-t-il dans un communiqué.

Le chef de l'ONU «exhorte toutes les parties à respecter le droit international et à protéger les civils» et «réclame aux belligérants de s'engager à nouveau à respecter les arrangements de cessez-le-feu signés le 17 septembre». Antonio Guterres demande notamment aux «garants du processus d'Astana (Russie, Iran, Turquie) de s'assurer que cela est fait», indique le communiqué.

La province d'Idleb (nord-ouest) et les territoires adjacents, notamment dans la province voisine de Hama, sont dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda), qui ont renforcé leur emprise sur la région. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plusieurs installations médicales ont été bombardées ces derniers jours par l'armée russe.

Ecoles fermées

«Neuf écoles ont été touchées par des attaques depuis le 30 avril, et des établissements scolaires dans plusieurs zones ont été fermés», déplore aussi Antonio Guterres sans désigner de coupables.

«Le secrétaire général suit avec une grande inquiétude l'intensification des hostilités» impliquant «les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés, des forces d'opposition armées et Hayat Tahrir al-Cham», précise le communiqué.

«Il est alarmé par les informations sur les attaques aériennes sur des zones habitées et des infrastructures civiles qui se sont traduites par des centaines de morts et blessés et plus de 150'000 nouvelles personnes déplacées». Déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, le conflit, en Syrie, a fait plus de 370'000 morts. (ats/nxp)

Créé: 07.05.2019, 04h42

Galerie photo

Face à l'Etat islamique en Syrie, les Syriaques s'organisent

Face à l'Etat islamique en Syrie, les Syriaques s'organisent Les Syriaques, une minorité chrétienne de Syrie, se battent pour sauver leur peuple du massacre promis par les djihadistes. Des Suisses les ont rejoints.

Articles en relation

Des soldats turcs blessés par des tirs syriens

Syrie Un poste d'observation turc en Syrie a été touché par des tirs de mortiers provenant de zones sous contrôle syrien. Plus...

Après la fin du «califat», l'EI se replie

Afghanistan Le groupe Etat islamique a dû se replier en Afghanistan, après la fin de son règne en Syrie et en Irak. Des attaques pourraient être menées contre les Etats-Unis. Plus...

Attaque chimique: Damas rejette un rapport

Guerre en Syrie Un rapport de l'OIAC révèle que du gaz chimique a bien été utilisé lors de l'attaque contre la ville syrienne de Douma en avril 2018. Plus...

Après 8 ans de guerre, Assad s'estime sauvé

Syrie Huit ans après le début du conflit en Syrie qui a fait plus de 360'000 morts et des millions de déplacés, le régime Assad profite que la flamme de la révolution s'est éteinte. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.