Passer au contenu principal

L'opposant kurde Demirtas reste en prison

Un tribunal turc a rejeté vendredi la demande de libération de l'opposant kurde Selahattin Demirtas, détenu depuis novembre 2016.

Selahattin Demirtas risque jusqu'à 142 ans de prison.
Selahattin Demirtas risque jusqu'à 142 ans de prison.

Alors qu'une décision de la Cour européenne des droits de l'homme appelle à la libération de l'opposant kurde Selahattin Demirtas, un tribunal turc a rejeté sa demande de liberté ce vendredi.

«Un tribunal local a rejeté la demande de libération de Demirtas», a indiqué à l'AFP une responsable du Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), dont M. Demirtas est l'une des figures de proue. Dans un communiqué publié vendredi, le HDP a dénoncé une décision «politique», prise sous «la pression du président Erdogan».

Détenu depuis novembre 2016, accusé d'activités «terroristes», Selahattin Demirtas risque jusqu'à 142 ans de prison dans le principal procès à son encontre.

La demande de libération déposée par ses avocats et rejetée par le tribunal d'Ankara vendredi suit une décision de la CEDH. Elle a sommé il y a dix jours la Turquie de mettre fin «dans les plus brefs délais» à la détention provisoire de Selahattin Demirtas.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accuse régulièrement le HDP d'être la vitrine politique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé «terroriste» par Ankara et ses alliés occidentaux, a rapidement balayé cette décision en estimant qu'elle n'était pas contraignante pour Ankara.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.