Passer au contenu principal

Venezuela1er mai: l'opposition anti-Maduro dans la rue

Le président Maduro s'en est pris dimanche à l'opposition qui doit défiler le 1er mai pour la fête du Travail.

Les chavistes accusent leurs adversaires d'avoir souhaité des sanctions financières américaines voire une intervention militaire, une «trahison de la patrie» selon eux. (Photo d'archives)
Les chavistes accusent leurs adversaires d'avoir souhaité des sanctions financières américaines voire une intervention militaire, une «trahison de la patrie» selon eux. (Photo d'archives)
AFP
L'ex-procureure générale Luisa Ortega, évincée par l'Assemblée constituante s'est réfugiée en Colombie, vendredi 18 août. Chaviste devenue opposante farouche au président du même bord politique, Nicolas Maduro, elle a été écartée du pouvoir dès que la Constituante a été instalée. (Image d'archive)
L'ex-procureure générale Luisa Ortega, évincée par l'Assemblée constituante s'est réfugiée en Colombie, vendredi 18 août. Chaviste devenue opposante farouche au président du même bord politique, Nicolas Maduro, elle a été écartée du pouvoir dès que la Constituante a été instalée. (Image d'archive)
Keystone
5 mars 2013: Le président Hugo Chavez décède le 5 mars 2013 d'un cancer, à l'âge de 58 ans. Père de la «révolution socialiste» vénézuélienne, il était auréolé d'une grande popularité dans le pays. (archive)
5 mars 2013: Le président Hugo Chavez décède le 5 mars 2013 d'un cancer, à l'âge de 58 ans. Père de la «révolution socialiste» vénézuélienne, il était auréolé d'une grande popularité dans le pays. (archive)
Keystone
1 / 150

L'opposition vénézuélienne, qui célèbre lundi le premier mois de sa mobilisation contre le président Nicolas Maduro, va défiler de nouveau lors de cette journée de fête du Travail, en signe de défi au pouvoir qui organise traditionnellement de vastes rassemblements le 1er mai.

Un mois après avoir lancé cette vague de protestations pour exiger de nouvelles élections et le départ du chef de l'Etat socialiste, les antichavistes (du nom du défunt président vénézuélien Hugo Chavez, au pouvoir de 1999 à 2013) ont prévu de marcher dans les 24 Etats du pays ainsi qu'à Caracas dans la capitale, vers les bâtiments de la Cour suprême et de l'autorité électorale.

«Le régime mise sur notre usure, c'est pourquoi, après un mois de résistance, nous devons démontrer que nous sommes encore plus forts», a déclaré Freddy Guevara, vice-président du Parlement, le seul organe contrôlé par l'opposition.

Rassemblement pro-Maduro

En face, Nicolas Maduro sera à la tête d'un rassemblement de ses partisans sur la place Bolivar, au centre de Caracas, considérée comme un bastion du pouvoir. «Le 1er mai appartient à la classe ouvrière. Ce n'est pas une journée pour le capitalisme, ni pour la droite», a assuré le chef de l'Etat lors de son émission dominicale.

Depuis le 1er avril, date du début des protestations, presque toutes les marches ont dégénéré en heurts, pillages et échanges de gaz lacrymogènes et de cocktails Molotov entre manifestants et forces de l'ordre. A cela s'est ajoutée la violence exercée par les «colectivos», des groupes de civils armés par le gouvernement, assure l'opposition.

Au total, 28 personnes sont mortes au cours de ces violences entourant ces rassemblements, selon le Parquet, et des centaines ont été blessées. Plus d'un millier de personnes ont été interpellées, la plupart brièvement.

L'«embuscade »d'avril

Tandis que les opposants dénoncent la répression du gouvernement, Nicolas Maduro les accuse de commettre «des actes de terrorisme» pour faciliter un coup d'Etat et une intervention étrangère sous l'égide des Etats-Unis.

«Ce qu'ils (l'opposition) ont fait en avril est une embuscade, une saillie violente pour semer le chaos dans la société, prendre d'assaut le pouvoir politique et imposer au Venezuela une contre-révolution», a déclaré Nicolas Maduro.

La crispation politique de ces dernières semaines au Venezuela secoue un pays pétrolier déjà frappé par la pénurie de médicaments et d'aliments et par l'inflation la plus élevée au monde, à 720% pour 2017, selon la dernière prévision du FMI.

Hausse du salaire minimum

A la veille du 1er mai, Nicolas Maduro a annoncé dimanche une nouvelle hausse du salaire minimum de 60% : il s'élèvera désormais à un peu plus de 65'000 bolivars, soit 90 dollars au taux de change officiel le plus élevé, ou 15 dollars au marché noir. L'aide alimentaire, versée avec le salaire, passe elle à 135'000 bolivars (188 dollars au taux officiel et 31 au marché noir).

#Venezuela | Presidente @NicolasMaduro anuncia aumento de 60% en el salario mínimo y novedades en bono alimenticio https://t.co/O3VaPIhdICpic.twitter.com/we8AtYWrU0— teleSUR TV (@teleSURtv) 30 avril 2017

Sept Vénézuéliens sur dix souhaitent le départ de Nicolas Maduro, dont le mandat court jusqu'en janvier 2019.

Maduro se félicite de la proposition du pape

L'étincelle qui a déclenché ce mouvement est la décision fin mars de la Cour suprême, réputée proche de Nicolas Maduro, de s'arroger les pouvoirs du Parlement, donnant ainsi les pleins pouvoirs au camp présidentiel.

Devant le tollé diplomatique international et les accusations de «coup d'Etat» de l'opposition, l'autorité judiciaire avait fait marche arrière 48 heures plus tard. Ce qui n'a pas calmé la colère des anti-Maduro, ni apaisé la pression internationale.

Le président vénézuélien, qui multiplie les appels au dialogue, a accusé dimanche l'opposition de refuser d'y participer, tout en se félicitant de la proposition du pape François, qui s'était dit disposé samedi à intervenir comme «facilitateur» au Venezuela

«Si je dis dialogue , ils (l'opposition) s'enfuient épouvantés, ils ne veulent pas de dialogue. Hier, ils s'en sont pris au pape François. Moi, je respecte les déclarations du pape François», a déclaré le chef de l'Etat lors de son émission hebdomadaire.

#VIDEO ?? Reflexión del presidente @NicolasMaduro sobre papel que ha jugado la derecha en la Asamblea Nacional pic.twitter.com/Nn7EZiyuQz— Prensa Presidencial (@PresidencialVen) 30 avril 2017

Opposition divisée?

L'opposition vénézuélienne a officialisé dimanche dans une lettre au pape François son refus de reprendre un dialogue avec le président Nicolas Maduro sans «garanties» sur les modalités de ce dialogue. Tout en remerciant le chef de l'Eglise catholique de sa «préoccupation constante» pour le peuple vénézuélien.

Dans cette même lettre, l'opposition a écarté une objection du pape selon qui l'opposition vénézuélienne serait «divisée»: «Nous, les Vénézuéliens, sommes aujourd'hui plus unis que jamais concernant la demande d'un changement politique dans notre pays».

L'un des principaux dirigeants de la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition, Henrique Capriles, avait déjà rejeté samedi l'offre de médiation du pape. Il avait lui aussi nié que l'opposition soit divisée.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.