Passer au contenu principal

L'OTAN va créer une nouvelle force de réaction rapide

Sept pays de l'OTAN se préparent à constituer une nouvelle force de réaction rapide d'au moins 10'000 hommes afin de renforcer le système de défense de l'alliance face à l'intervention de la Russie en Ukraine.

Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)
Le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, a mis en garde l'UE contre de nouvelles sanctions. (8 septembre 2014)
Keystone
De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)
De la fumée s'élève près de l'aéroport de Donetsk. (Photo d'illustration) (Dimanche 7 septembre 2014)
AFP
Vladimir Poutine a passé en revue à bord d'une vedette, les navires de la Flotte russe de la mer Noire dans le port ukrainien de Sébastopol, à l'occasion de la fête de la victoire sur les nazis. (9 mai 2014).
Vladimir Poutine a passé en revue à bord d'une vedette, les navires de la Flotte russe de la mer Noire dans le port ukrainien de Sébastopol, à l'occasion de la fête de la victoire sur les nazis. (9 mai 2014).
Reuters
1 / 135

L'OTAN va mettre sur pied une nouvelle force de réaction rapide dans le cadre de la crise en Ukraine. Outre de troupes terrestres, la force disposerait d'unités navales et aériennes.

Le but de cette initiative est de constituer une force expéditionnaire de la taille d'une division capable de se déployer rapidement et à même de conduire des manoeuvres régulières, indique le Financial Times, vendredi.

La force serait conduite par la Grande-Bretagne. Le Danemark, la Lettonie, l'Estonie, la Lituanie, la Norvège et les Pays-Bas seraient impliqués dans cette initiative. Le Canada a aussi exprimé son intérêt.

Le premier ministre britannique David Cameron devrait annoncer la création de cette force la semaine prochaine, ce qui devrait coïncider avec le sommet de l'OTAN les 4 et 5 septembre au Pays de Galles.

Renforcement des défenses orientales

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie au mois de mars, les Alliés ont pris des mesures à court terme pour renforcer leur sécurité dans les pays d'Europe de l'Est, inquiets des nouvelles ambitions russes.

Lors du sommet de la semaine prochaine, les dirigeants des Etats membres de l'alliance atlantique nord devraient se mettre d'accord sur un projet à long terme destiné à renforcer leurs défenses sur le front oriental.

L'un des éléments du projet est d'améliorer la force de réaction rapide déjà existante afin que certaines de ses unités soient capables de répondre à une crise en quelques jours, ont expliqué des diplomates alliés.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.