Passer au contenu principal

Moyen-OrientL'OTAN tempête mais ne condamne pas Ankara

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg se refuse à condamner l'opération militaire turque contre les Kurdes de Syrie.

Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Alors que le conflit a démarré il y a 9 ans, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer est en Syrie afin d'évaluer comment améliorer la réponse face aux besoins «énormes» qui affectent la population. (Mardi 11 mars 2020)
Keystone
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
Après l'accord entre la Russie et la Turquie jeudi, un cessez-le-feu est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi. Un calme «relatif» règne à Idleb. (5 mars 2020)
AFP
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Des forces de l'Armée syrienne libre, soutenues par la Turquie, sont en formation lors de manœuvres militaires en vue d'une incursion turque prévue visant des combattants kurdes syriens, près de la ville d'Azaz. (7 octobre 2019)
Keystone
1 / 81

La première réunion de l'OTAN depuis le lancement par la Turquie de son opération militaire contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie va donner lieu a «une discussion musclée», mais «pas question» pour l'Alliance de «perdre» un allié stratégique en l'humiliant avec une mise en accusation.

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg se refuse à condamner l'opération turque et il a avalisé «les légitimes préoccupations pour sa sécurité» avancées par Ankara pour la justifier.

Il reconnaît les tensions provoquées au sein de l'Alliance. «Les désaccords entre les alliés posent des problèmes. C'est pourquoi nous avons besoin d'une discussion franche et ouverte et la réunion des ministres de la Défense jeudi et vendredi à Bruxelles va la permettre», a-t-il expliqué.

Discussions «musclées»

Les discussions vont «être musclées», mais «pas question de se disputer», a commenté un diplomate de haut rang. Il n'est «pas question de sanctionner Ankara ni d'exclure la Turquie, il n'y a pas de procédure pour cela», a-t-il rappelé. «On ne veut pas perdre la Turquie, car c'est un allié stratégique», a-t-il expliqué.

Le chef du Pentagone, Mark Esper, a confirmé cette approche. «La Turquie va dans la mauvaise direction sur de nombreuses questions» et elle «nous a mis dans une situation terrible avec son opération injustifiée en Syrie», a-t-il déploré à son arrivée à Bruxelles.

«Mais nous n'allions pas commencer une guerre avec un allié de l'OTAN», a-t-il souligné. «Nous devons travailler avec la Turquie pour qu'elle redevienne un allié fort et fiable», a-t-il plaidé.

Sortir la Turquie de l'orbite russe

Les États-Unis s'inquiètent de voir un «bon allié tourner sur l'orbite de la Russie plutôt que sur l'orbite de l'OTAN», a-t-il reconnu.

Ankara multiplie les gestes de défiance vis-à-vis de l'Alliance. La Turquie a ainsi décidé d'acheter à la Russie son système de défense anti-missile S-400 malgré les protestations des alliés et le président Recep Tayyip Erdogan a conclu un accord avec le président russe, Vladimir Poutine, pour contrôler la partie du territoire de la Syrie repris aux Kurdes à la frontière avec la Turquie.

Cette attitude exaspère ses partenaires de l'OTAN et Ankara n'échappera pas aux critiques. «La crédibilité de l'OTAN impose la franchise. On ne peut pas faire comme si rien ne s'était passé», a insisté le représentant d'un pays européen.

La ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, est très critique. «Nous sommes toujours confrontés au fait qu'un pays, la Turquie, notre partenaire de l'OTAN [...], a annexé un territoire en violation du droit international, que des populations sont expulsées, et nous ne pouvons pas laisser les choses en l'état», a-t-elle martelé avant son départ pour Bruxelles.

L'Allemagne ne veut pas envoyer de troupes

L'accord entre les présidents Erdogan et Poutine contrarie son idée de créer, sous l'égide de l'ONU, une zone de protection internationale dans le nord de la Syrie. Elle veut «voir si cet objectif est réalisable», a-t-elle annoncé. Mais la faisabilité de sa proposition est mise en doute, car elle suppose l'envoi de troupes, ce que l'Allemagne n'est pas prête à accepter, ont fait valoir plusieurs diplomates.

Mark Esper s'est montré évasif sur la proposition de la ministre allemande. «Je ne l'ai pas lue, ni vu les détails», a-t-il déclaré.

«Nous n'avons aucun document», a confirmé le représentant d'un pays européen. «L'OTAN n'est pas le cadre pour en discuter, car il faudra en parler avec les Russes», a-t-il ajouté.

La France réclame par ailleurs une réunion des ministres des pays de la coalition jeudi ou vendredi, en marge de la réunion de Bruxelles, car l'intervention turque met en danger la lutte contre l'organisation de l'État islamique menée en Syrie par une coalition internationale constituée par les États-Unis et dont la Turquie fait partie. Or, l'intervention turque est dirigée contre les forces kurdes, alliées de la coalition sur le terrain.

Mark Esper s'est à nouveau montré évasif sur ses intentions. «Notre engagement envers eux (ndlr: les Kurdes) n'est pas d'établir un État autonome ou de les défendre contre la Turquie. C'est la dure réalité», a-t-il expliqué.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.