Passer au contenu principal

L'ouragan «Dorian» s'affaiblit mais reste très dangereux

«Dorian» s'est légèrement affaibli dans la nuit de lundi à mardi. Il a été rétrogradé en catégorie 3 dans le dernier bulletin du Centre national des ouragans américain (NHC).

La tempête Dorian perd un peu de sa vigueur mortelle mais n'a pas dit son dernier mot. L'ouragan, qui a fait au moins cinq morts aux Bahamas, reste extrêmement dangereux avec des vents d'environ 205 km/h et les habitants ont reçu pour consigne de ne pas bouger de leur abri. Dorian fait quasiment du surplace au-dessus de l'île de Grand Bahama, où il devrait rester encore une bonne partie de la journée de mardi avec ses pluies torrentielles et ses vents «catastrophiques», selon les prévisions du NHC.

Le premier ministre des Bahamas, Hubert Minnis, a évoqué lundi une «tragédie historique» pour cet archipel de 700 îles au relief très plat, facilement submergé par les vagues de trois à six mètres de haut charriées par l'ouragan. Les autorités ont annoncé le début des opérations de secours «là où les conditions le permettent».

Selon des témoignages sur les réseaux sociaux, le niveau de l'eau atteignait par endroits la hauteur des toits des maisons. Les vagues balayaient les toitures, déchiquetant violemment le bois des habitations transformés en débris, quant elles ne se ruaient pas à l'intérieur-même des logements.

D'après des premières évaluations des autorités et des responsables de la Croix-Rouge sur le terrain, quelque 13'000 maisons pourraient avoir été endommagées ou détruites et l'ouragan a causé des «dégâts considérables» dans les îles d'Abacos et de Grand Bahama.

Ordre d'évacuer aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, plusieurs millions de personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud ont reçu l'ordre d'évacuer les côtes, que Dorian devrait frôler dans les prochains jours. A Washington, le président Donald Trump a réuni les responsables des services d'urgence.

Selon la Croix-Rouge américaine, 19 millions de personnes vivent dans des zones qui pourraient être touchées. Jusqu'à 50'000 personnes en Floride, en Géorgie et en Caroline du Sud pourraient avoir besoin d'un abri d'urgence en fonction de l'impact.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.