Pacte des migrations: les identitaires manifestent

BruxellesUn rassemblement organisé par un collectif d'organisations d'extrême droite est marqué par des heurts avec les forces de l'ordre.

Bruxelles, ce 16 décembre 2018.

Bruxelles, ce 16 décembre 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police a dénombré au moins 5500 participants réunis au cœur du quartier des institutions européennes. «Notre peuple d'abord», «Nous en avons marre, frontières fermées», pouvait-on lire sur des pancartes, tandis que des slogans appelaient à la démission du Premier ministre belge Charles Michel.

Après un début dans le calme, des manifestants ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre et commis des dégradations, notamment sur des façades de bâtiments de l'Union européenne, a constaté un journaliste. La police a répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes et de lances à eau pour disperser les fauteurs de troubles.

Une contre-manifestation, organisée par un collectif d'organisations appelant à ne pas stigmatiser les migrants, a réuni de son côté un millier de participants dans un autre quartier de Bruxelles, toujours selon la police.

Ces manifestations avaient d'abord été interdites par les autorités bruxelloises, une décision rare liée à des craintes d'affrontements. Mais le Conseil d'Etat belge avait annulé cette interdiction, jugeant que les motifs invoqués n'étaient pas «suffisants» pour restreindre la liberté de manifester.

Les opposants au Pacte de l'ONU sur les migrations, adopté lundi par plus de 150 pays dont la Belgique, ont baptisé leur rassemblement «Marche contre Marrakech», en référence à la ville marocaine où a été formellement approuvé le texte controversé.

La manifestation était notamment soutenue par les jeunes du Vlaams Belang (extrême droite) et une dizaine d'autres organisations de la mouvance identitaire, principalement flamande.

Le pacte mondial sur les migrations recense des principes, comme la défense des droits de l'homme et des enfants ou l'intégration des migrants. Il prône l'interdiction des détentions arbitraires, n'autorisant les arrestations qu'en dernier recours. Ses détracteurs le voient comme un encouragement à un flux migratoire incontrôlé.

Malgré son caractère non contraignant, il a provoqué une crise au sein du gouvernement belge. Dimanche dernier, les ministres nationalistes flamands de la N-VA ont quitté le gouvernement dirigé par le libéral francophone Charles Michel, car ils refusaient de s'associer au soutien de la Belgique à ce texte.

Charles Michel est désormais à la tête d'un gouvernement sans majorité au Parlement. Et plusieurs partis d'opposition ont réclamé un vote de confiance à la Chambre des députés pour juger de la capacité du gouvernement à poursuivre son travail. (afp/nxp)

Créé: 16.12.2018, 16h56

Articles en relation

Blocus stratégique: les identitaires lèvent le camp

France-Italie Les militants d'extrême droite qui bloquaient le col de l'Echelle, point de passage de migrants dans les Alpes, ont annoncé leur départ. Plus...

La percée de la droite nationaliste brise un tabou

Allemagne Comparée à ses voisins, l'Allemagne semblait jusqu'alors épargnée par la montée des mouvements identitaires. Une exception qui prend fin ce dimanche. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.