Le pape François quitte le Japon

Église catholiqueFrançois a quitté l'Asie et est reparti pour Rome mardi après avoir martelé son rejet de l'arme nucléaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pape a quitté mardi le Japon après un voyage aux accents très personnels, centré sur son rejet total de l'arme atomique. Il a aussi soulevé des questions sur l'usage civil de l'énergie nucléaire durant son périple en Asie.

François attendait depuis longtemps cette première rencontre avec cet archipel où il rêvait jeune d'être missionnaire. Le point d'orgue de son périple de quatre jours a été sa rencontre chargée d'émotion à Nagasaki puis Hiroshima avec des survivants de la bombe atomique dans ces deux villes martyres en 1945.

François a qualifié de «crime» l'usage de l'atome à des fins militaires et a démonté la doctrine de la dissuasion nucléaire, une «fausse sécurité», qui envenime au contraire les relations entre les peuples, selon lui.

Le souverain pontife a fustigé dans son ensemble «la course aux armements» qui «gaspille de précieuses ressources». Sa visite a été l'occasion pour des survivants des bombes atomiques d'évoquer leurs terribles séquelles physiques et psychologiques.

Pape star à la messe

Le pape a aussi réconforté lundi des victimes du «triple désastre» (séisme, tsunami et accident nucléaire de Fukushima) du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon. Il a alors évoqué la «préoccupation» suscitée par l'usage de l'énergie atomique, appelant à «la prise de décisions courageuses [...] concernant les futures sources d'énergie».

Accueilli en rock-star dans un stade de Tokyo, il a célébré une messe devant 50'000 personnes, utilisant l'occasion pour faire allusion à des maux de ce pays riche en proie à des pressions sociales, à l'isolement de certains, où «beaucoup de personnes se sentent perdues et inquiètes, sont accablées par trop d'exigences».

Farouchement opposé à la peine de mort, François n'a cependant rien dit publiquement sur le sujet durant sa visite au Japon, où la peine capitale est toujours pratiquée. Il s'est entretenu lundi avec le nouvel empereur Naruhito puis avec le premier ministre japonais Shinzo Abe.

Le retour au Vatican du chef des 1,3 milliard de catholiques boucle une tournée en Asie, qui l'avait mené auparavant en Thaïlande, un pays où les catholiques, comme au Japon, sont ultra-minoritaires (moins de 0,6% de la population de ces deux Etats). (afp/nxp)

Créé: 26.11.2019, 04h41

Articles en relation

Le pape dénonce la dissuasion nucléaire

Japon A Nagasaki, le pape François a estimé que les armes nucléaires ne procuraient qu'une «fausse sécurité» dans le monde. Plus...

Le pape porteur d'un message antinucléaire

Japon Durant sa visite de 4 jours au Japon, le pape François doit appeler dimanche au désarmement nucléaire depuis Nagasaki et Hiroshima. Plus...

Le pape quitte la Thaïlande pour le Japon

Asie Après quatre jours en Thaïlande, le pape François va rejoindre le Japon pour porter un message antinucléaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.