Passer au contenu principal

Paradis fiscaux: Poutine est la «cible principale»

Le porte-parole du Kremlin estime qu'il n'y a «rien de concret ou de nouveau» concernant le président russe.

Il y a un an éclatait le scandale des Panama Papers. Le point sur l'affaire. (Vendredi 31 mars 2017)
Il y a un an éclatait le scandale des Panama Papers. Le point sur l'affaire. (Vendredi 31 mars 2017)
AFP
Le Panama est «prêt à commencer» en 2018 l'échange automatique d'informations pour contrer la fraude fiscale internationale, a annoncé vendredi sa vice-présidente Isabel de Saint Malo (ici). Il demande à être retiré de la liste française des paradis fiscaux. (Image d'archive)
Le Panama est «prêt à commencer» en 2018 l'échange automatique d'informations pour contrer la fraude fiscale internationale, a annoncé vendredi sa vice-présidente Isabel de Saint Malo (ici). Il demande à être retiré de la liste française des paradis fiscaux. (Image d'archive)
AFP
Alaa Moubarak, un des fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak.
Alaa Moubarak, un des fils de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak.
AFP
1 / 77

Le président russe Vladimir Poutine est la «principale cible» des «Panama papers», qui s'attaquent notamment à ses proches, a dénoncé lundi le Kremlin, évoquant une enquête journalistique pleine d'«inventions» et de «falsifications» visant à «déstabiliser» le pays.

«Poutine, la Russie, notre pays, notre stabilité, les prochaines élections sont la cible principale. Il s'agit de destabiliser» le pays, a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, estimant qu'il n'y avait «rien de concret ou de nouveau» concernant le président russe dans cette enquête planétaire réalisée, selon lui, par des anciens de la CIA ou du Département d'Etat américain.

Hollande promet des enquêtes

De son coté, le président français François Hollande a assuré lundi que les révélations d'une enquête planétaire sur les paradis fiscaux donneraient lieu en France à des enquêtes. Il a remercié les lanceurs d'alerte en se félicitant de nouvelles «rentrées fiscales». «Toutes les informations qui seront livrées donneront lieu à des enquêtes des services fiscaux et à des procédures judiciaires», a déclaré François Hollande.

«C'est une bonne nouvelle que nous ayons connaissance de ces révélations parce que ça va nous faire encore des rentrées fiscales de la part de ceux qui ont fraudé», a dit le président, soulignant qu'en 2015 «20 milliards d'euros ont été notifiés à ceux qui avaient fraudé» et que sur ces 20 milliards, l'Etat avait «déjà repris 12 milliards d'euros».

«Donc je remercie les lanceurs d'alerte, je remercie la presse qui s'est mobilisée et je ne doute pas que nos enquêteurs sont tout à fait prêts à étudier ces dossiers et ces cas pour le bien d'abord de ce qu'on peut penser être la morale, et aussi pour le bien de nos finances publiques», a-t-il poursuivi.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.