Passer au contenu principal

AmazoniePaulo Coelho demande pardon à la France

Alors que le président brésilien a tancé vertement la France, l'écrivain Paulo Coelho a réagi sur Twitter.

La forêt amazonienne brûle, le monde s'inquiète.

«Pardonnez-moi, pardonnez-moi mille fois»: l'écrivain brésilien Paulo Coelho a demandé pardon après les insultes et les propos fort peu diplomatiques envers la France de son président Jair Bolsonaro à l'occasion de la crise autour des feux en Amazonie.

Par ailleurs sur Twitter se levait un mouvement de soutien à la Première dame française Brigitte Macron, dont le physique a été moqué par Jair Bolsonaro, dans des propos qualifiés d'«extraordinairement irrespectueux» par le président Emmanuel Macron.

«C'est une vidéo un peu triste pour demander pardon à mes amis français pour la crise, je dirais l'hystérisme de Bolsonaro par rapport à la France, au président de la France, à la femme du président de la France», a déclaré en français Paulo Coelho dans une vidéo postée sur son compte Twitter.

Le romancier né en 1947 à Rio de Janeiro est l'un des auteurs les plus lus dans le monde, avec plusieurs dizaines de millions d'exemplaires vendus pour «L'Alchimiste». «Alors que l'Amazonie brûle, ils n'ont aucun argument (et ne font) qu'insulter, nier, dire n'importe quoi pour éviter de prendre (leurs) responsabilités», a ajouté l'écrivain en parlant des dirigeants brésiliens.

Passe d'armes

Le G7 de Biarritz a donné lieu à une passe d'armes à distance entre M.Bolsonaro et son homologue français au sujet des incendies en Amazonie, débouchant sur l'une des plus graves crises diplomatiques entre les deux pays.

Des propos offensants du chef d'Etat brésilien à l'égard de Brigitte Macron ont conduit le président français à souhaiter ouvertement, devant les caméras du monde entier, que «le peuple brésilien» ait «très rapidement un président qui se comporte à la hauteur».

«C'est un moment de ténèbres au Brésil, ça va passer comme la nuit passe (...) et je vous présente mes excuses», a ajouté l'écrivain, qui est «Messager de la paix» de l'ONU et a fondé à Rio l'Institut Paulo Coelho, chargé d'aider des Brésiliens démunis et victimes de discriminations.

#DisculpaBrigitte

Sous le mot-clé #DisculpaBrigitte (Pardon, Brigitte) de nombreux usagers de Twitter prenaient la défense de la Première dame et exprimaient leur honte.

«Bolsonaro a la mentalité d'un pré-adolescent imbécile et totalement immature», écrivait l'un d'eux, «il n'a aucunement la posture d'un chef d'Etat. J'éprouve une honte énorme».

«C'est la première fois que je vois le peuple brésilien avoir à demander pardon en raison d'un manque de respect d'un président», se désolait un autre.

«Nous voudrions une Première dame comme vous : élégante, intelligente et qui fasse réellement quelque chose d'utile pour son pays», écrivait un internaute. «Mais nous avons l'épouse-trophée d'un vieil idiot qui ne sait pas tenir sa langue».

Soutien de la sphère bolsonariste

Mais dans l'escalade verbale entre Brasilia et Paris, le président d'extrême droite bénéficiait d'un soutien de la sphère bolsonariste, très mobilisée sur les réseaux sociaux.

«#Pardon Brigitte, tu parles, ce type nous traite comme si nous étions ses subordonnés, pensant que nous sommes naïfs, mais les gens connaissent très bien les intentions véritables de la France en Amazonie», écrivait un internaute.

«Les gens en ont ras-le-bol de Bolsonaro que parce qu'il dit ce que tout le monde pense (...) Macron devrait agir comme un homme, défendre son épouse avec force plutôt que de pleurer dans les médias», selon un autre message sur Twitter.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.