Les Pays-Bas interdisent les Hells Angels

MotoC'est une première historique pour le club de motards Hells Angels, qui doit fermer toutes ses sections aux Pays-Bas.

Les Hells Angels ont été fondé en 1948, aux Etats-Unis.

Les Hells Angels ont été fondé en 1948, aux Etats-Unis. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La justice néerlandaise a interdit mercredi le célèbre club de motards Hells Angels et ordonné la fermeture de toutes ses sections aux Pays-Bas, estimant qu'il représentait une menace publique. Cette interdiction sur l'ensemble du territoire est une «première mondiale», selon la radio-télévision publique néerlandaise NOS. «L'organisation Hells Angels est un danger pour l'ordre public», a statué le tribunal d'Utrecht, dans le centre des Pays-Bas.

Les Hells Angels, connus pour leurs motos Harley Davidson et leurs tenues de cuir, ont été fondés aux Etats-Unis en 1948. Ils comptent des branches dans une cinquantaine de pays.

Un «club hors-la-loi»

Le groupe se voit lui-même comme «un club hors-la-loi», a déclaré le tribunal, soulignant que ses membres font partie d'une organisation qui «viole l'ordre public» et que son interdiction «est nécessaire pour protéger la société».

«C'est un club où règne une culture d'illégalité et où l'autorité du gouvernement est écartée», ont estimé les juges, évoquant la «violence grave» d'actes qui lui sont reprochés.

Le tribunal a fait référence à une série d'incidents auxquels sont liés les Hells Angels, souvent en conflit avec des groupes rivaux.

Vaste bagarre

Le club de motards avait notamment été impliqué en 2016 dans une vaste bagarre au cœur du restaurant d'un hôtel de Rotterdam avec des membres d'un groupe rival, où des coups de feu avaient été tirés.

Un café fréquenté par le gang rival Bandidos avait également été incendié en 2015 dans la ville de Kerkrade, au sud du pays.

Les Hells Angels sont accusés dans plusieurs pays européens de promouvoir la violence et d'être impliqués dans la criminalité organisée.

La semaine dernière, les autorités portugaises ont interpellé 17 membres du club, considéré comme «une menace pour la sécurité nationale».

Longue procédure

Plus de 40 autres membres sont en détention provisoire depuis juillet dernier. Ils étaient notamment soupçonnés de tentative de meurtre, extorsion, proxénétisme, trafic de drogue et d'armes.

La décision du tribunal d'Utrecht fait suite à une procédure de longue date engagée par le ministère public contre les Hells Angels, accusés d'être une organisation criminelle. Mais les nombreuses tentatives des autorités néerlandaises pour interdire le club de motards avaient jusqu'à présent échoué.

La justice néerlandaise avait déjà interdit en 2017 le gang de motards Bandidos, club rival des Hells Angels, ainsi que le club Satudarah l'année suivante. (afp/nxp)

Créé: 29.05.2019, 13h56

Articles en relation

Coup de filet chez les Hells Angels

Portugal Plusieurs membres de la bande de motards Hells Angels ont été interpellés pour la «sécurité» de l'Etat portugais. Plus...

Guerre de gangs de motards à Buenos Aires

Argentine Une fusillade a éclaté entre les Hells Angels et les Tehuelches. Quatre personnes ont été grièvement blessées. Plus...

Incendie criminel contre le club des Hells Angels à Buchs

Canton de Saint-Gall Les enquêteurs ont découvert des traces d'accélérateurs de feu dans une pièce du premier étage de l'immeuble où l'incendie s'est déclenché le 17 mai dernier. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.