Pour Pékin, l’accès aux WC est un besoin urgent

ChineLa Chine – où des millions d’individus souffrent du manque de structures sanitaires – mène sa «révolution des toilettes» tambour battant.

Des jardinières à l’œuvre pour fleurir ces toilettes dernier cri dans la province de Guizhou.

Des jardinières à l’œuvre pour fleurir ces toilettes dernier cri dans la province de Guizhou. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La révolution du Grand Timonier était culturelle, celle de Xi Jinping est sanitaire. Depuis 2015, le président chinois a fait de la réfection des toilettes publiques une priorité nationale. Objectif: relever le standard (désastreux) des lieux d’aisance. En trois ans, près de 70'000 bâtiments ont ainsi été construits ou rénovés, et Pékin projette d’en créer 64'000 autres d’ici à 2020. Et la «révolution des toilettes» ne s’arrête pas là. Elle s’étend désormais à l’ensemble de ce pays de 1,4 milliard d’habitants.

Réputation internationale de la deuxième économie mondiale oblige, l’accent a d’abord été mis sur les sites touristiques, afin de rendre ces lieux moins rebutants pour les étrangers. Dans certaines grandes villes, de spacieuses toilettes publiques vont même jusqu’à offrir des bancomats, du Wi-Fi, des stations de recharge pour les mobiles et… des distributeurs de papier hygiénique à reconnaissance faciale, pour limiter les abus et les vols, un véritable fléau, paraît-il. Un luxe qui fait grincer des dents dans les zones rurales, où les WC se résument encore le plus souvent à une rangée de fosses séparées par un muret à hauteur de tête, sans porte ni lavabo.

Près de 900 millions de personnes sont condamnées à se soulager en plein air

Morgane Anziani, chargée de projets à l'ONG Global Institute for Water, Environment and Health (GIWEH)

«Ce n’est pas un problème mineur, mais un aspect important de l’amélioration des infrastructures dans les zones urbaines et rurales», martelait récemment le leader de l’Empire du Milieu, pour qui les «sanisettes» sont le baromètre d’une civilisation. Certes, le niveau de vie des Chinois a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années, mais les conditions de vie restent médiocres, en particulier pour les 600 millions de citoyens vivant dans les campagnes. Selon le quotidien «South China Morning Post», 57 millions de Chinois n’ont toujours pas de cabinets et 17 millions sont confrontés à de graves problèmes d’hygiène. La révolution lancée par l’Oncle Xi est donc loin d’être achevée.

Risque majeur

Dans ce combat, le secrétaire général du Parti communiste chinois s’est adjoint un allié de taille: Bill Gates lui-même. Le fondateur de Microsoft a fait des toilettes son nouveau cheval de bataille. Depuis sept ans, le milliardaire consacre une partie de sa fortune à la recherche en matière d’accès universel aux WC.

Au début de novembre, c’est avec un pot d’excréments à la main qu’il a rendu hommage aux efforts faits par la Chine pour améliorer les installations sanitaires, dans le cadre du premier Salon des toilettes réinventées, organisé par sa fondation. «Éliminer tous ces déchets humains est la clé pour la santé humaine», a déclaré «le philanthrope» américain, qui s’est empressé d’ajouter que le marché des nouvelles technologies d’assainissement pesait potentiellement 6 milliards de dollars par an.

Un individu sur trois

Plus largement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que pour chaque dollar américain investi dans l’assainissement, le retour sera six fois plus élevé en termes de réduction des dépenses de santé, de gain de productivité et de baisse du nombre de décès prématurés. Alors que les pertes économiques causées par le manque d’infrastructures sanitaires adaptées sont estimées à 223 milliards de dollars.

«Actuellement, 2,3 milliards de personnes ne disposent pas de toilettes ou de latrines correctes. Pire, près de 900 millions d’entre elles sont condamnées à se soulager en plein air», rappelle Morgane Anziani, chargée de projets à l’ONG Global Institute for Water, Environment and Health (GIWEH), basée à Genève. «Ce qui entraîne des maladies hydro-fécales à l’origine de plus de 1,5 million de décès par an. Quelque 360 000 enfants meurent directement d’un manque d’assainissement», poursuit la chercheuse, précisant que «c’est l’une des premières causes de mortalité des enfants de moins de 5 ans».

Les femmes plus affectées

Ce problème sanitaire se répercute aussi sur le plan économique et social, explique Morgane Anziani. «Les gens qui tombent malades ne travaillent pas ou beaucoup moins, ce qui peut limiter la croissance économique d’un pays.» Et le manque d’accès aux commodités affecte davantage les filles et les femmes. «Nombre d’écolières renoncent à se rendre à l’école en période de menstruation», ajoute la spécialiste, qui évoque également les agressions auxquelles s’exposent les femmes obligées de pratiquer la défécation à ciel ouvert.

L’ONU, qui considère l’accès à l’eau et à un réseau d’assainissement adéquat comme un droit fondamental depuis 2010, a décrété le 19 novembre Journée mondiale des toilettes. Les autorités chinoises, elles, n’ont pas encore fait «le grand bond», mais un pas de plus en qualifiant l’événement de «Journée mondiale des toilettes et de sensibilisation à la révolution des toilettes en Chine».

Créé: 27.11.2018, 20h26

Articles en relation

Firmenich et Bill Gates exposent leurs toilettes propres

Innovation Le cofondateur de Microsoft organise à Pékin le premier Salon des toilettes réinventées pour présenter le fruit de sa coopération avec un grand fleuron de l’industrie romande. Plus...

Des milliers de Hongkongais dans la rue pour défendre les libertés

Manifestation En ce lundi de fête nationale, les manifestants ont dénoncé la politique toujours plus dure de Pékin dans le territoire semi-autonome. Plus...

La conquête chinoise du Pakistan passe par le mégaport de Gwadar

Reportage Islamabad et Pékin veulent construire un port capable de rivaliser avec les plus grands. L’ambition est tant économique que géopolitique. Plus...

Les hutongs, vestiges vivants d’un Pékin qui se transfigure

Par monde et par Vaud Les anciennes ruelles formant les quartiers populaires de jadis disparaissent les unes après les autres, rebâties en hauteur. Les habitants relogés rient, les déplacés pleurent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...