Pékin fustige le «terrible bilan» des Etats-Unis

Droits de l’hommeLa Chine publie un rapport énumérant les violations, une semaine après celui établi par Washington

Quand il s’agit de droits de l’homme, les drapeaux américain et chinois ne flottent pas à l’unisson.

Quand il s’agit de droits de l’homme, les drapeaux américain et chinois ne flottent pas à l’unisson. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Comme chaque année, elle a bien eu lieu. Elle, c’est la «guerre des rapports» entre la Chine et les Etats-Unis sur le front des droits de l’homme. Agacée par le rapport annuel de Washington qui, jeudi dernier, avait encore pointé du doigt la mauvaise performance de Pékin en la matière, la Chine a répliqué, vendredi, avec sa propre étude critiquant le «terrible bilan» des Etats-Unis sur ce même dossier.

«Le 25 juin, le Département d’Etat des Etats-Unis a encore une fois publié son rapport annuel sur les droits de l’homme, commentant la situation dans de nombreux pays, sans montrer toutefois le moindre regret ou intention d’améliorer son propre et terrible bilan», peut-on lire dès l’introduction du texte, disponible en anglais sur le site du Conseil des affaires de l’Etat, l’équivalent du gouvernement chinois. «Non seulement son propre bilan s’est aggravé, mais les Etats-Unis ont violé les droits de l’homme dans d’autres pays de façon encore plus éhontée.»

Racisme et viols

Dans ce long texte (plus de 7000 mots), la Chine décrit les Etats-Unis comme un pays «hanté par la prolifération des armes à feu», miné «par des problèmes sinistres de discrimination raciale» et doté d’un système politique «en voie de décomposition». Le rapport en veut pour preuve l’affaire Michael Brown, ce jeune Afro-Américain de 18?ans tué par balle par un policier blanc à Ferguson, dans le Missouri, mentionnée dès le début du texte. Puis Pékin cite pêle-mêle les techniques d’interrogation de la CIA, la «dark money» finançant les partis politiques outre-Atlantique et les «2,1 millions de femmes américaines agressées chaque année».

Le rapport chinois sur les droits de l’homme aux Etats-Unis est un marronnier dans les relations sino-américaines. Publiée chaque année depuis 1998 pour protester contre le rapport du Département américain qui, lui, fait chaque année depuis 1977 un tour du monde complet des exactions commises en la matière par les gouvernements de la planète (sauf les Etats-Unis, pour des raisons évidentes d’impartialité), cette diatribe antiaméricaine rappelle les moments de la guerre froide.

Reprise en boucle par les médias officiels chinois, elle est toutefois peu crédible: le rapport chinois publié hier s’appuie notamment sur des sources… censurées en Chine, comme le site en mandarin du New York Times.

Pour Pékin, donc, c’est surtout un instrument de propagande pour mobiliser son opinion publique tout en adressant des piques au Département d’Etat américain.

Répression et assimilation

Dans son rapport publié jeudi passé et préfacé par le secrétaire d’Etat américain John Kerry, l’administration américaine a fait un triste bilan de l’année écoulée en Chine. «En 2014, la répression et la coercition menées par le gouvernement chinois ont continué à être routinières», lit-on dans le chapitre consacré au pays. «Les autorités ont continué à censurer et à contrôler le discours public sur Internet», écrivent les auteurs, qui dénoncent également la politique d’assimilation des minorités ethniques que mène Pékin.

Créé: 26.06.2015, 22h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.