Passer au contenu principal

UkraineLe Pentagone donne un coup de main à l'Ukraine

Les Etats-Unis ont accordé une aide de 200 millions de dollars pour renforcer militairement la défense de l'Ukraine.

Kiev et les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont procédé jeudi à un nouvel échange d'une trentaine de prisonniers. (Vendredi 17 avril 2020)
Kiev et les séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont procédé jeudi à un nouvel échange d'une trentaine de prisonniers. (Vendredi 17 avril 2020)
AFP
Depuis l'élection de Volodymyr Zelensky (à gauche) à la tête de l'Ukraine, les tensions avec la Russie de Vladimir Poutine (à droite) s'apaisent quelque peu. (Photo d'archives)
Depuis l'élection de Volodymyr Zelensky (à gauche) à la tête de l'Ukraine, les tensions avec la Russie de Vladimir Poutine (à droite) s'apaisent quelque peu. (Photo d'archives)
AFP
Le Fonds monétaire international et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire. L'arrangement pourrait permettre à ce pays en proie à un conflit dans sa partie orientale et à d'énormes difficultés économiques de recevoir une nouvelle aide au premier semestre. (Dimanche 5 mars 2017)
Le Fonds monétaire international et l'Ukraine sont parvenus à un accord préliminaire. L'arrangement pourrait permettre à ce pays en proie à un conflit dans sa partie orientale et à d'énormes difficultés économiques de recevoir une nouvelle aide au premier semestre. (Dimanche 5 mars 2017)
Keystone
1 / 47

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi une aide supplémentaire de 200 millions de dollars pour renforcer la défense de l'Ukraine, engagée dans un conflit contre des séparatistes prorusses, quatre jours après un sommet controversé entre Donald Trump et Vladimir Poutine.

Ces nouveaux fonds, qui portent «l'assistance américaine au secteur de la sécurité ukrainien à plus d'un milliard de dollars au total depuis 2014», année du début de la guerre, vont notamment permettre d'acquérir «des équipements pour soutenir les programmes de formation en cours et les besoins opérationnels», a déclaré le Pentagone dans un communiqué. Ces moyens doivent renforcer les capacités de commandement de l'armée ukrainienne, ses communications sécurisées ou encore ses moyens de vision nocturne.

Selon le ministère américain de la Défense, cette coopération en matière de sécurité s'appuie sur l'adoption récente par Kiev d'une loi sur la sécurité nationale. Le calendrier pour la livraison de nouveaux équipements américains sera «fixé à une date ultérieure», précise-t-il.

Un conflit dans l'est de l'Ukraine entre l'armée de Kiev et des séparatistes prorusses a fait plus de 10'000 morts. Washington, allié de Kiev, a vendu cette année des missiles antichar Javelin à l'Ukraine pour «protéger sa souveraineté et son intégrité territoriale», malgré les protestations de la Russie.

Trump jugé trop conciliant avec Poutine

L'annonce du Pentagone intervient alors que l'administration américaine tient à afficher sa fermeté face à la Russie pour éteindre la polémique sur l'attitude de Donald Trump lundi à Helsinki lors de son premier sommet bilatéral avec Vladimir Poutine.

Si les craintes de certains observateurs, qui redoutaient que le président des Etats-Unis ne fasse un pas vers son homologue russe au sujet de l'annexion de la Crimée par Moscou, se sont révélées infondées, Donald Trump est resté globalement silencieux lors de leur conférence de presse commune sur le dossier ukrainien.

Invité à dire de quoi il jugeait la Russie responsable, le milliardaire républicain a omis d'évoquer la Crimée ou le conflit ukrainien, pourtant à l'origine de nombreuses sanctions américaines contre Moscou. Cela a alimenté les suspicions, le locataire de la Maison Blanche ayant globalement été accusé de toutes parts d'avoir été trop conciliant à l'égard du maître du Kremlin afin de concrétiser un rapprochement promis avant son élection.

Des «propositions concrètes»

Selon l'ambassadeur de Russie à Washington, Anatoli Antonov, les deux hommes ont bien discuté de l'est de l'Ukraine durant leur entretien, et Vladimir Poutine a avancé des «propositions concrètes».

Parmi elles, a rapporté l'agence d'information Bloomberg, figure l'organisation d'un référendum dans les régions séparatistes de l'Est pour mettre fin au conflit. Il porterait sur le statut des républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, qui échappent au contrôle de Kiev.

«L'administration n'envisage nullement de soutenir un référendum dans l'est de l'Ukraine», qui «n'aurait aucune légitimité», a toutefois réagi vendredi la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert, réaffirmant son soutien aux accords de Minsk de 2015, qui n'ont jusqu'ici pas permis de mettre fin au conflit.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.