Le Pentagone justifie un raid controversé

SyrieLes Etats-Unis ont bombardé des djihadistes qui avaient fourni des informations à des alliés américains et rendu les armes.

Les derniers combattants de Daech qui tenaient le barrage de la ville de Tabqa (ici), avaient remis leur positions aux FDS, les Forces démocratiques syriennes et désarmé. Les Etats-Unis les ont bombardés.

Les derniers combattants de Daech qui tenaient le barrage de la ville de Tabqa (ici), avaient remis leur positions aux FDS, les Forces démocratiques syriennes et désarmé. Les Etats-Unis les ont bombardés. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Pentagone a justifié vendredi le bombardement de djihadistes qui avaient remis cette semaine un site stratégique à des forces locales alliées de Washington. Il a souligné que les Etats-Unis n'avaient pas participé à cet accord.

Les derniers combattants du groupe Etat islamique qui tenaient le barrage de Tabqa et des quartiers de la ville du même nom ont remis cette semaine leurs positions aux Forces démocratiques syriennes (FDS). Ils avaient rendu leurs armes lourdes et désamorcé des engins explosifs. Mais certains de ces djihadistes ont été ensuite visés par des frappes aériennes américaines.

Ces djihadistes «n'avaient pas noué d'accord avec nous», a indiqué un porte-parole du Pentagone, le major Adrian Rankine-Galloway. «Ils avaient un accord» avec les Forces démocratiques syriennes «pour quitter le barrage et les dernières zones de la ville», a indiqué de son côté Jeff Davis, un autre porte-parole.

«Mais cela ne change pas le fait que lorsque nous voyons des combattants sur le champ de bataille et avons l'occasion de les frapper, nous le faisons», a-t-il déclaré. Les combattants ne se sont pas rendus, mais ont simplement quitté les lieux, a-t-il précisé.

Drapeaux blancs

Les responsables militaires américains répètent souvent que leur objectif est d'annihiler le groupe Etat islamique. Mais les Etats-Unis respectent les usages de la guerre et la convention de Genève, et ne tireront pas par exemple sur des combattants agitant des drapeaux blancs pour se rendre, a indiqué un responsable de la Défense sous couvert d'anonymat.

La conquête mercredi de Tabqa (nord), après des semaines de combats, est l'une des plus importantes victoires des FDS, l'alliance arabo-kurde soutenue par Washington qui combat l'EI depuis 2015. La ville est située à 55 kilomètres au sud-ouest de Raqa, la capitale de facto des djihadistes. (ats/nxp)

Créé: 13.05.2017, 06h34

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Articles en relation

Après Astana, reprise des discussions à Genève

Syrie L'ONU veut profiter du nouvel accord sur les zones de «désescalade» en Syrie pour dynamiser les pourparlers mardi. Plus...

Ratissage d'un ex-fief de l'EI sur la route de Raqa

Syrie Les Forces démocratiques syriennes ratissent la région de Tabqa après en avoir chassé les djihadistes. Plus...

Assad va combattre ses ennemis sans relâche

Syrie Le président syrien a donné une interview jeudi, dans laquelle il jure de combattre ses ennemis et de défendre les «zones de désescalade». Plus...

Ankara en colère contre la décision de Washington

Diplomatie Le président de la Turquie exhorte les Etats-Unis à revenir «sans délai» sur leur décision d'armer les milices kurdes en Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...