Le Pentagone réfléchit au financement du mur

Etats-UnisLe Pentagone doit encore décider s'il acceptera bien de donner les 6,1 milliards de dollars voulus par Trump pour son mur.

Donald Trump compte se servir du budget militaire pour son mur.

Donald Trump compte se servir du budget militaire pour son mur. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a indiqué samedi n'avoir encore pris «aucune décision» sur le financement du mur que veut construire Donald Trump à la frontière avec le Mexique en puisant dans le budget militaire.

«De façon très délibérée, nous n'avons pris aucune décision», a déclaré le ministre de la Défense par intérim dans l'avion qui le ramenait de Munich. Il participait en Allemagne à une réunion internationale lorsque le président américain a décrété vendredi «l'urgence nationale» pour faire face à ce qu'il qualifie d'«invasion» de gangs, de passeurs, de drogues et de migrants clandestins traversant la frontière avec le Mexique.

Grâce à cette procédure exceptionnelle, M. Trump a maintenant accès à des fonds fédéraux pour financer la construction du mur frontalier qu'il a promis lors de sa campagne présidentielle.

Le Pentagone est de loin la plus grande source de fonds fédéraux d'urgence, et la Maison Blanche a indiqué que le président allait accéder à 6,1 milliards provenant de deux sources du ministère de la Défense: 3,6 milliards d'un fonds consacré à la construction militaire, et 2,5 milliards de fonds destinés aux activités de lutte contre la drogue.

Or le Pentagone a fait savoir dès vendredi dans un communiqué que la Constitution accordait au ministre de la Défense le contrôle ultime des fonds prévus pour la construction militaire en cas de déclaration d'urgence nationale. Elle lui permet de «déterminer si des barrières à la frontière nécessitent l'utilisation des forces armées et la redistribution de fonds destinés à la construction militaire pour construire des barrières à la frontière», d'après le ministère. «Il n'y a eu aucune détermination de ma part. C'est ce que je ferai demain», a précisé M. Shanahan aux journalistes qui l'accompagnaient.

M. Trump faisait planer depuis des mois la menace d'une déclaration d'urgence nationale pour obtenir le financement que le Congrès lui refuse pour son mur. «Nous avons toujours anticipé que cela attirerait beaucoup d'attention et puisque de l'argent risque d'être redirigé. Vous imaginez les inquiétudes que cela suscite», a expliqué M. Shanahan.

Le Pentagone s'est donc préparé à cette éventualité et a identifié plusieurs sources possibles de financement dans son budget. «Je vais rentrer et revoir cette analyse maintenant que l'urgence nationale a été déclarée», a ajouté M. Shanahan. Il s'est abstenu de préciser le montant des fonds que le Pentagone pourrait éventuellement débloquer et les projets qui pourraient être annulés. Le sujet est sensible aux Etats-Unis, où de nombreux logements militaires sont insalubres, selon un récent rapport.

Mais selon un responsable militaire ayant requis l'anonymat, «en ce qui concerne les 3,6 milliards de dollars, il est probable qu'il les dépensera». «Cependant, ce n'est pas certain tant que l'analyse n'est pas achevée», a-t-il ajouté. Cette source a précisé que la décision finale de M. Shanahan pourrait ne pas être annoncée avant plusieurs jours, car il souhaite consulter l'état-major et les responsables des différentes branches des forces armées.

Les fonds anti-drogue posent moins de problèmes au Pentagone car ce sont des fonds annuels, qui doivent être dépensés avant la fin de l'année. Interrogé sur la latitude que lui accorde la Constitution, le ministre par intérim a répondu: «Je pense que j'ai beaucoup de latitude (...), je ne suis obligé à rien.» (afp/nxp)

Créé: 17.02.2019, 01h06

Syrie: Shanahan surpris par l'accueil des alliés

Le nouveau chef du Pentagone Patrick Shanahan s'est déclaré samedi agréablement surpris par l'accueil que lui ont réservé cette semaine les Européens à l'Otan à Bruxelles, et lors de la Conférence sur la sécurité de Munich. «Je me suis senti tout à fait bienvenu et c'est un milieu qui facilite l'intégration», a indiqué le ministre de la Défense par intérim dans l'avion qui le ramenait de Munich. «Je m'attendais à autre chose. Je m'attendais à ce qu'ils soient plus distants», a ajouté M. Shanahan, en allusion aux critiques des alliés après la décision unilatérale du président américain Donald Trump de retirer les quelque 2000 soldats américains déployés en Syrie.

Articles en relation

Trump décrète «l'urgence nationale» pour le mur

Etats-Unis Cette manoeuvre permet au président américain de contourner le Congrès pour débloquer les fonds nécessaires. Plus...

Trump pas «content» du compromis sur son mur

Etats-Unis Le président américain a écarté la perspective d'une nouvelle paralysie des administrations fédérales bien qu'il n'ait pas obtenu les fonds pour construire son mur. Plus...

Le «shutdown» est évité, Trump vante son mur

Etats-Unis Alors qu'un accord était trouvé pour éviter un autre «shutdown», Trump était à El Paso pour vanter les bienfaits de son mur. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.