Celle qui a permis de localiser Abaaoud témoigne

Attentats de ParisJeudi soir, la femme qui hébergeait la cousine d'Abdelhamid Abaaoud a livré un témoignage inédit à «Envoyé Spécial».

Dans la foulée de l'assaut de la planque d'Abaaoud à Saint-Denis, les policiers ont procédé à plusieurs arrestations.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'ai eu Abaaoud». Tel est le titre qui dit l'essentiel sans toutefois dévoiler le caractère inédit de l'émission Envoyé Spécial/Complément d'enquête diffusée jeudi soir 1er décembre sur France 2. La chaîne a pu donner la parole à la personne qui a dénoncé Abdelamid Abaaoud, au surlendemain des attentats de Paris.

Celle qu'on a appelé «Sonia» a ainsi rendu possible l'opération du Raid et de la BRI sur la planque de l'organisateur des attentats de Paris, qui a duré 7 heures le 18 novembre 2015 et qui s'est soldée par la mort de trois terroristes: les Belgo-Marocains Abaaoud, 28 ans et Chakib Akrouh, 25 ans et la Française Hasna Aït Boulahcen, 26 ans.

«Sonia» qui, entre aides sociales et petits boulots au noir, peine à joindre les deux bouts, a pourtant recueilli Hasna, la cousine d'Abaaoud, parce que c'est «une jeune fille un peu paumée». On devine que cette mère de famille, bénévole dans une association pour les défavorisés, a le cœur sur la main.

Dans l'intimité d'Abaaoud

Le téléspectateur se retrouve ainsi presque plongé dans le cercle intime de l'organisateur le jour même des attentats et les jours suivants, jusqu'à l'opération anti-terroriste de Saint-Denis. Le 13 novembre 2015, Hasna «est très stressée» et donne de nombreux coups de fil. Le soir, elle regarde le match de football France-Allemagne à la télévision avec le compagnon de «Sonia» et leurs deux enfants.

Et puis, vient l'explosion du Stade de France. Hasna sourit. Le bandeau «Vague d'attentats à Paris» ne tarde pas à s'afficher sur la petite lucarne. Cette fois, Hasna jubile. «Sonia», qui a observé avec circonspection le glissement de Hasna de la mini-jupe à son costume de «Dark Vador» comme elle dit, est atterrée. Elle ne comprend pas. Elle, elle pleure devant le carnage. «Ils n'ont qu'à tous crever, c'est tous des mécréants», lui lance Hasna, en guise de réponse à son désarroi.

Le lendemain soir, Sonia et son compagnon acceptent d'accompagner à Aubervilliers Hasna, qui n'a pas de permis de conduire et leur raconte qu'un de ses jeunes cousins est en galère. Sur place, Hasna saute dans les bras de son cousin, qui n'est autre qu'Abaaoud, comme le couple ne tarde pas à le comprendre. «Là, quand vous comprenez que vous venez de serrer la main à un assassin, vous avez envie de vous la couper», raconte «Sonia», dans la pénombre de la caméra.

La police sceptique

De retour dans leur appartement, Sonia tente de convaincre Hasna de dénoncer son cousin à la police. Quand elle comprend que la jeune fille, qui en est éperdument amoureuse, ne le fera jamais, Sonia prend ses responsabilités et décide de le faire elle-même.

Face à la police, le lundi 16 novembre 2015, il faut convaincre. Premier coup de fil. «Vous savez, on a tellement de gens qui nous appellent...». Sonia: «Mais moi, je vous appelle pas pour Abdelslam, j'ai mieux!». Sur place, les recoupements traînent en longueur. Sonia n'a plus de batterie et s'impatiente. Hasna, qui est à ses trousses depuis le buisson d'Aubervilliers l'avant-veille, risque de deviner qu'elle est en train de «balancer». La police lui amène un chargeur. On lui promet l'anonymat. Un détail rend enfin crédible le témoignage: les baskets oranges, aperçues sur les caméras de la RATP, du terroriste. «On ne voyait que ses baskets flashy cette nuit-là», raconte Sonia.

Mais Abaaoud a enfin trouvé une vraie planque et la localisation du buisson donnée par Sonia n'est plus valable. Sonia se retrouve dans le rôle de «l'indic'», essayant tant bien que mal d'avoir des informations sur la nouvelle cache, alors qu'Hasna est devenue méfiante. Elle l'obtient. La transmet. Le 18 novembre 2015, c'est l'assaut final.

Sonia est «entre deux vies»

Contrairement à ce qu'on lui avait promis, le nom de «Sonia» apparaît dans tous les rapports. La France n'a pas pu lui accorder «le statut de témoin sous X» car il eut fallu qu'elle n'eût aucun lien avec l'affaire. Le pays pense ainsi se prémunir contre les faux repentis. En attendant, «Sonia» ne peut plus utiliser son identité. Ne peut plus travailler. Ne peut plus fréquenter ses amis. Doit déménager. Vit recluse depuis plus d'un an, sans le sou. Elle est «entre deux vies» mais «ne regrette rien»: «Si c'était à refaire, je le referai!», dit-elle sans l'ombre d'une hésitation.

En juin dernier, la France a voté une nouvelle loi instaurant le statut de témoin protégé, comme aux Etats-Unis. Elle devrait bientôt entrer en vigueur. «Sonia» et ses enfants pourront alors renaître.

Créé: 02.12.2016, 13h41

Galerie photo

Des attentats à Paris à la traque des djihadistes (13 novembre 2015 à janvier 2018)

Des attentats à Paris à la traque des djihadistes (13 novembre 2015 à janvier 2018) Les attentats du 13 novembre à Paris ont fait 130 morts et 351 blessés. L'organisateur présumé, Salah Abdeslam, est le seul terroriste survivant. Il dort en prison.

Galerie photo

En images, les attentats de Paris (13 -20 novembre 2015)

En images, les attentats de Paris (13 -20 novembre 2015) Au moins 130 personnes sont mortes. L'organisateur présumé a été tué. Un terroriste en cavale est toujours recherché.

Galerie photo

Attentats de Paris: portrait des victimes

Attentats de Paris: portrait des victimes Cent vingt-neuf victimes de 17 nationalités différentes ont été identifiées. Elles avaient entre 17 et 65 ans. Portraits non exhaustifs.

Articles en relation

La cousine d'Abaaoud enterrée près de Paris

Attentats de Paris Hasna Aïtboulahcen, morte dans l'assaut des forces de l'ordre, le 18 novembre, va être prochainement inhumée à Tremblay-en-France. Plus...

La balance d'Abaaoud n'a pas pu rester anonyme

Attentats de Paris Le ministre de l'Intérieur a indiqué que la jeune femme ayant dénoncé à la police Abdelhamid Abaaoud n'avait pu être entendue anonymement. Plus...

«Sonia est une héroïne qui a évité des attentats»

Attentats de Paris BFMTV et RMC ont diffusé le témoignage de la femme qui a dénoncé Abaaoud. Ils font état de pressions du gouvernement. Plus...

Abaaoud visait aussi une crèche. Une femme raconte

Attentats de Paris Une amie de la cousine du terroriste a permis aux autorités de le neutraliser. Elle parle pour la première fois. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.