«Gilets jaunes»: l'Elysée tente de déminer

FranceLe gouvernement français tentait vendredi de trouver des leviers pour apaiser les colères avant les manifestations à haut risque des «gilets jaunes» samedi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel Macron s'est rendu dans la soirée au Fort de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) à la rencontre d'un escadron de gendarmerie mobile qui sera engagé samedi dans les opérations de maintien de l'ordre à Paris, a fait savoir l'Elysée. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et le secrétaire d'Etat Laurent Nunez étaient présents lors de ce déplacement, qui s'est déroulé en l'absence la presse.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a reçu quant à lui six membres du mouvement des «Gilets jaunes» en début de soirée à Matignon.

Benjamin Cauchy, un des porte-parole des «Gilets jaunes libres», a précisé sur BFM TV qu'il demanderait notamment des états généraux de la fiscalité pour obtenir «une redistribution juste des richesses» et qu'il plaiderait pour une hausse des salaires et des retraites. «On est dans une attitude d'écoute», a dit le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à des journalistes, en confirmant la rencontre à Matignon.

Besoin de solutions

Emmanuel Macron s'exprimera publiquement en début de semaine prochaine, a annoncé l'Elysée, sans préciser le jour, le lieu et la teneur de son intervention.

Le président «aura des messages à passer aux Français», a dit la ministre des Transports, Elisabeth Borne. «Il faut évidemment qu'on trouve maintenant des nouvelles solutions pour répondre aux besoins du quotidien des gens qui n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois», a-t-elle ajouté sur Sud Radio.

Edouard Philippe a réuni plusieurs membres du gouvernement dans l'après-midi pour préparer les débats annoncés pour écouter les citoyens en colère et élaborer des réponses.

La ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, a quant à elle reçu les associations d'élus avec d'autres ministres pour «définir la feuille de route, le calendrier et la méthode de la concertation» prévue du 15 décembre au 1er mars partout en France.

Annonces reportées

A l'issue d'une réunion avec les ministres du Travail, des Transports et de la Cohésion des territoires pour présenter des pistes de solution à la crise, quatre syndicats ont demandé le report de la prochaine séance de négociation sur l'assurance chômage, jugeant la situation trop tendue.

Après ses gestes sur la fiscalité, l'énergie et le contrôle technique mardi, le gouvernement s'emploie à déminer des conflits ou à les reporter. La CGT et FO Transports ont annoncé vendredi la levée de leur appel à la grève valable à partir de dimanche, au lendemain d'une rencontre avec Elisabeth Borne.

Deux sources proches des concessionnaires autoroutiers ont annoncé vendredi que la présentation de la hausse des péages pour 2019 prévue mardi prochain avait été annulée. «L'Etat a estimé que (...) le contexte social actuel ne permet pas de tenir la réunion dans de bonnes conditions», a expliqué l'une des sources.

Le report de la présentation des ordonnances de la loi sur l'alimentation, qui prévoient le relèvement du seuil de revente à perte, synonyme de hausses des prix pour les consommateurs, a été interprété de la même façon, même si le gouvernement a assuré que les mesures ne seraient pas altérées.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a quant à lui annoncé vendredi la suppression de la pénalité frappant les contribuables qui payent leurs impôts autrement que par les voies recommandées, par exemple par chèque au delà de 1000 euros.

Problèmes pas réglés

Les responsables syndicaux ont prévenu vendredi l'exécutif que les mesures annoncées ne régleraient pas les problèmes de fond, en particulier celui des rémunérations.

Jeudi, Edouard Philippe s'est dit prêt à examiner des mesures qui permettraient d'augmenter les plus bas salaires sans trop dégrader la compétitivité des entreprises.

Il s'était dit mercredi ouvert à la défiscalisation d'une prime que des entreprises décideraient de verser à leurs salariés. (afp/nxp)

Créé: 07.12.2018, 17h51

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

«Gilets jaunes»: un leader visé par une enquête

France Le préfet de police de Paris a visé des propos d'Eric Drouet tenus la veille sur une chaîne d'informations en continu. Plus...

Facebook, un tremplin pour les «gilets jaunes»

France Un chercheur de l'université de Nantes explique comment le mouvement de contestation s'étend grâce au réseau social. Plus...

«Des éléments radicaux vont tenter de se mobiliser»

France Le ministre de l'Intérieur a justifié vendredi le dispositif sécuritaire prévu pour la manifestation des gilets jaunes de samedi. Plus...

«Gilets jaunes»: J-1 avant un samedi à hauts risques

France Les autorités françaises font tout pour éviter une nouvelle explosion de violence samedi. Macron s'exprimera en début de semaine prochaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.