Passer au contenu principal

Le pique-nique qui a précipité l’ouverture du rideau de fer

Le 19 août 1989, la Hongrie ouvrait une brèche décisive qui entraînera, trois mois plus tard, la chute du mur de Berlin.

Árpád Bella à la frontière austro-hongroise, devant un pan du «Mur de la honte», transféré depuis Berlin pour faire office de mémorial.
Árpád Bella à la frontière austro-hongroise, devant un pan du «Mur de la honte», transféré depuis Berlin pour faire office de mémorial.
CORENTIN LEOTARD

Les images de la chute du «mur de la honte», le 9 novembre 1989 à Berlin, sont iconiques, mais qui se souvient que c’est en Hongrie que le rideau de fer, symbole de la guerre froide, a été ouvert? Trois mois avant Berlin, le 19 août, un «pique-nique paneuropéen» rassemble des milliers de personnes sur la frontière entre la Hongrie et l’Autriche. Sous l’œil de journalistes venus du monde entier, une délégation hongroise ouvre une porte grillagée pour symboliser l’ouverture du rideau de fer et la réunification des deux blocs, Est et Ouest. «Faites-le tomber et emportez-en un bout avec vous», proclame le slogan du pique-nique pan­européen, organisé par l’opposition hongroise et Otto de Habsbourg, fils du dernier empereur d’Autriche-Hongrie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.