Passer au contenu principal

Les plastiques étouffent les océans et… les dauphins

La Swiss Cetacean Society organise cet été une expédition pour évaluer la pollution dans la mer Méditerranée

Les eaux de surface de la Méditerranée abritent en moyenne 130000 fragments de plastique par kilomètre carré. Principale victime: la faune marine.
Les eaux de surface de la Méditerranée abritent en moyenne 130000 fragments de plastique par kilomètre carré. Principale victime: la faune marine.
Corbis

L’été approche à grands pas. Dans quelques mois, finie la grisaille. Les orteils en éventail et les pieds dans le sable, les vacances estivales commenceront. A la plage, sûrement. En Méditerranée, peut-être. Sans savoir que cette mer, appréciée des plaisanciers de tout poil pour sa douceur, est malade de sa pollution. Alors qu’elle ne représente que 1% de la surface des océans, elle accueille entre 4 et 18% des espèces marines connues, mais aussi 30% du trafic maritime mondial. «Sa situation géographique particulière – un plan d’eau quasi fermé, bordé d’une forte densité de population – fait de la Méditerranée une mer relativement polluée», explique Pascal Hagmann, fondateur d’Oceaneye, une association genevoise qui étudie la contamination des océans par les plastiques.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.