Les policiers ont bien poussé la senior

«Gilets jaunes»La chute de Geneviève Legay lors de manifestation à Nice a bien été causée par un membre des forces de l'ordre.

La manifestante âgée de 73 ans, drapeau arc-en-ciel et gilet jaune à la main, gisant à terre avec une blessure à la tête.

La manifestante âgée de 73 ans, drapeau arc-en-ciel et gilet jaune à la main, gisant à terre avec une blessure à la tête. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La manifestante blessée samedi 23 mars lors d'une charge des forces de l'ordre pour disperser des «gilets jaunes» à Nice a bien été poussée par un policier, a affirmé vendredi le procureur, au terme d'une semaine de polémique, contrairement à ses premières déclarations.

A l'ouverture de l'enquête, le procureur de la République de Nice Jean-Michel Prêtre avait assuré lundi qu'il n'y avait eu «aucun contact» entre la manifestante et un policier. Emmanuel Macron avait affirmé dans un entretien avec Nice-Matin publié également lundi que «cette dame n'a(vait) pas été en contact avec les forces de l'ordre». «Quand on est fragile, qu'on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci», avait commenté le chef de l'Etat.

Témoignage «rectifié»

Ce sont la poursuite des investigations et le témoignage «rectifié» d'un policier - qui a admis avoir repoussé du bras une femme, et non un homme comme il l'avait dit initialement - qui ont permis d'établir que la chute de Geneviève Legay, 73 ans, avait bien été causée par un membre des forces de l'ordre, a indiqué vendredi M. Jean-Michel Prêtre, qui a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire.

Samedi dernier, Mme Legay, porte-parole d'Attac dans les Alpes-Maritimes, a violemment chuté lors de la dispersion d'une manifestation de «gilets jaunes» place Garibaldi, dans un périmètre interdit à toute manifestation.

Les images, captées par des journalistes et des manifestants, de cette dame âgée, drapeau arc-en-ciel et gilet jaune à la main, gisant à terre avec une blessure à la tête, avaient immédiatement suscité de vives réactions. Sa famille et Attac ont porté plainte dès lundi pour «violences en réunion» contre la police.

«Nouvelles images», «nouveaux témoins»

Une information judiciaire pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique a été confiée à plusieurs juges d'instruction, a ajouté M. Prêtre vendredi.

«Comme je l'avais indiqué lundi dernier, les images alors disponibles qui avaient été visionnées et les témoignages recueillis me conduisaient à conclure qu'il n'y avait pas eu de contact direct entre la victime et les policiers», a rappelé le procureur.

Les investigations se sont poursuivies, notamment avec la saisie de nouvelles images et l'audition de nouveaux témoins. «Les résultats finalisés (...) de l'exploitation de très nombreuses autres images (...) et la mise en cohérence de l'ensemble de ces éléments de preuve, m'ont conduit avec les enquêteurs à constater qu'avant l'arrivée du cordon de ses collègues au niveau où se trouvait Mme Legay, un fonctionnaire de police isolé et dépourvu de bouclier avait écarté du bras vers sa droite Mme Legay, provoquant ainsi (sa) chute», a ajouté le magistrat.

Le policier en question, déjà entendu, a «rectifié ce matin son témoignage en admettant que la personne qu'il avait écartée de son chemin n'était pas un homme comme il l'avait déclaré initialement», a-t-il affirmé.

Attac acclame

«Acculé, le procureur de la République admet finalement que c'est bien un policier qui a provoqué la chute de #GenevieveLegay», a salué l'association altermondialiste Attac sur Twitter.

Attac qui a appelé les «gilets jaunes» à afficher samedi leur soutien à Geneviève Legay en manifestant avec des drapeaux aux couleurs arc-en-ciel, comme celui que la septuagénaire portait quand elle a chuté, a réitéré sa demande de dépaysement de l'enquête.

Attac a également publié une lettre ouverte au président de la République, dénonçant ses propos à l'encontre de Geneviève Legay. «Est-ce à dire qu'une personne de 73 ans devrait dorénavant abandonner son droit de manifester par crainte de se retrouver à l'hôpital ?», s'interroge Attac. (afp/nxp)

Créé: 29.03.2019, 20h18

Galerie photo

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit

Le mouvement des «gilets jaunes» se durcit Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

Une enquête ouverte après les blessures d'une senior

«Gilets jaunes» La justice veut clarifier les conditions dans lesquelles une dame de 73 ans s'est gravement blessée samedi, lors de la manif des «gilets jaunes» à Nice. Plus...

La police charge, une senior se blesse et saigne

«Gilets jaunes» Six interpellations ont eu lieu à Nice samedi, dans un contexte où les manifestations des «gilets jaunes» sont interdites à plusieurs endroits de l'Hexagone. Plus...

«Gilets jaunes»: journée-test pour l'exécutif

France La contestation continue en France où les gilets jaunes doivent défiler samedi pour l'acte 19. L'exécutif déploie les militaires de Sentinelle dans la rue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.