Passer au contenu principal

Pont effondré: enquête ouverte contre Autostrade

Le gestionnaire du viaduc qui s'est écroulé le 14 août, à Gênes, est désormais visé par une enquête pour homicide involontaire.

La justice italienne a annoncé jeudi avoir officiellement ouvert une enquête contre une vingtaine de personnes et la société Autostrade, concessionnaire de l'autoroute dont l'effondrement d'un viaduc a fait 43 morts en août à Gênes.

Les chefs retenus pour l'instant sont l'homicide involontaire et le manquement aux règles de sécurité, a précisé le parquet de cette ville côtière du nord-ouest de la péninsule. A l'issue de l'enquête, le parquet pourra choisir de classer tout ou partie de l'affaire ou de demander le renvoi en jugement.

Autostrade per l'Italia est une filiale du groupe italien Atlantia, contrôlé par la famille Benetton, dont le titre a perdu 30% de sa valeur à la Bourse de Milan depuis le drame.

Responsabilité du drame

Jeudi en début d'après-midi, Atlantia était cependant en hausse de près de 4%, dans un marché en légère hausse, après des déclarations du chef du gouvernement, Giuseppe Conte, plus conciliantes que les attaques de ces dernières semaines.

Le gouvernement a clairement imputé la responsabilité du drame à Autostrade, promettant de lui retirer la concession qu'elle détient sur cette autoroute et n'excluant pas sa nationalisation.

Mais «la nationalisation n'est pas la seule réponse», a déclaré M. Conte jeudi à la presse. «Nous évaluerons aussi cette solution mais nous ne pouvons exclure en l'état qu'il y ait un nouvel appel d'offres».

Le 14 août, le viaduc Morandi, qui traverse Gênes sur l'autoroute la reliant à la France, avait fait 43 morts et des dizaines de blessés.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.