Passer au contenu principal

MondeLe populisme a eu le vent en poupe en 2018

Il y eut d'abord le Brexit et l'élection de Donald Trump. Puis en 2018, la victoire des populistes et nationalistes en Italie et de Jair Bolsonaro au Brésil.

Le slogan du Brexit: «Take Back Control» (reprendre le contrôle)
Le slogan du Brexit: «Take Back Control» (reprendre le contrôle)
Keystone

La démocratie libérale a de moins en moins le vent en poupe. «Les citoyens s'en détournent (...) en nombre de plus en plus important», écrit dans son dernier best-seller «Le Peuple contre la démocratie» le jeune politologue américain Yascha Mounk. Ce système, qui conjugue souveraineté populaire et contre-pouvoirs (justice, médias, société civile), est le modèle dominant dans les pays occidentaux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais aujourd'hui, ce «système de gouvernement qui paraissait immuable donne l'impression de pouvoir soudain s'effondrer», résume M. Mounk.

La cause principale selon lui: les classes moyennes, un socle démographique et politique que ces pays ont négligé. Or, «bâtir une classe moyenne est un élément constitutif de la stabilité politique», rappelle l'Américaine Kori Schake, directrice générale adjointe de l'Institut international pour les études stratégiques (IISS), dans une récente note du Lowy Institute consacrée à la «survie de l'ordre libéral».

Besoin de souveraineté

Précarisé, appauvri par une économie de plus en plus dépendante des services, exaspéré par le déclin de sa souveraineté, cet «élément constitutif» se rebelle contre son déclin, voire contre sa disparition économique et culturelle, estime le géographe français Christophe Guilluy dans son dernier livre «No Society».

Emmanuel Macron peut en témoigner: quand cette partie importante de la population se révolte, en enfilant un gilet jaune comme cet automne en France, la situation devient vite intenable pour un gouvernement. Une des exigences de ces citoyens rétifs est de récupérer une souveraineté populaire qu'ils estiment avoir perdue. Le slogan du Brexit «Take Back Control» (reprendre le contrôle) ne dit pas autre chose. Tout comme la dénonciation du multilatéralisme par Donald Trump, au profit d'une négociation en tête à tête avec ses partenaires internationaux.

«Libéralisme antidémocratique»

La souveraineté populaire est réduite «à peau de chagrin», estime Patrick Moreau, le rédacteur en chef de la revue canadienne de débats Argument, dans une tribune au journal Le Devoir. En cause, les règles du jeu du commerce international et l'importance prise par les «minorités».

Les premières «ne font jamais l'objet de véritables débats», et les secondes tendent à exploiter l'Etat de droit à leur profit catégoriel, une «rhétorique des droits» qui sape «le rôle politique des majorités historiques au profit des tribunaux et des groupuscules militants».

Ce déséquilibre entre souveraineté et Etat de droit aboutit, selon Yascha Mounk, à ce qu'une «forme de libéralisme antidémocratique s'installe en Amérique du Nord et en Europe de l'Ouest. Dans cette forme de gouvernement, les chicanes procédurales sont suivies avec soin (la plupart du temps) et les droits individuels respectés (le plus souvent). Mais les électeurs en ont néanmoins conclu depuis longtemps que leur influence sur les politiques publiques était mince».

Défiance envers syndicats et médias

Et du coup, pour pousser ses feux, beaucoup se défient des corps intermédiaires (syndicats, médias) qu'ils jugent trop compromis avec le pouvoir et incapables de les représenter. Ils tendent par conséquent à voter pour celui ou celle qui lui promet de lui rendre ce pouvoir perdu.

Mais, pour certains analystes, cette aspiration à la souveraineté des classes populaires peut se lire aussi comme un besoin plus profond: consolider l'appartenance à une Nation, à un destin commun avec des élites qui auraient tendance à vouloir s'échapper vers les sommets de la mondialisation en les laissant dans l'ornière.

«Séparatisme social»

Education, emploi, immobilier, loisir, fiscalité: plusieurs chercheurs pointent la sécession des élites, qui détricoteraient ainsi ce qu'il reste de cohésion nationale. Pour Jérôme Fourquet, de la Fondation française Jean Jaurès, c'est un «séparatisme social qui concerne toute une partie de la frange supérieure de la société», un «fossé de plus en plus béant» séparant les favorisés du reste de la population.

Christophe Guilluy affirme même que les classes populaires, en soufflant ce vent populiste, exercent un «soft power», une influence sur ses élites pour les contraindre à un retour «à un pouvoir exercé par le peuple», qui «relève d'une nécessité, celle de refaire société».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.