Passer au contenu principal

UkrainePorochenko limoge le gouverneur d'une région clé

Un oligarque à la tête de la région frontalière de Dnipropetrovsk, territoire sous tensions situé dans l'est du pays, a dû présenter sa démission au président ukrainien.

Petro Porochenko (à g.) et Igor Kolomoïski (à d.) face à face.
Petro Porochenko (à g.) et Igor Kolomoïski (à d.) face à face.
Mikhail Palinchak, Keystone

Le président ukrainien Petro Porochenko a limogé le gouverneur de Dnipropetrovsk, dans l'est du pays, suite à l'intrusion d'hommes armés dans les bureaux de la compagnie pétrolière publique UkrTransNafta jeudi dernier. A Kiev, deux hauts fonctionnaires ont été interpellés pour corruption en pleine réunion du gouvernement.

Ihor Kolomoïski, homme d'affaires dont la fortune est estimée à 1,8 milliard de dollars par «Forbes» pour des activités dans la banque, le secteur énergétique et les médias, était un allié précieux du gouvernement du Kiev.

Il est au centre d'une affaire politique depuis une semaine après l'irruption d'hommes masqués et armés dans les bureaux de la direction d'UkrTransNafta à Kiev dont le directeur, un allié de Ihor Kolomoiski, a été remplacé.

Contre les prorusses

La fortune d'Ihor Kolomoïski servait à financer des bataillons de volontaires dans la guerre contre les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

Dans un communiqué publié sur le site de la présidence, Petro Porochenko explique que l'oligarque a lui-même offert de quitter ses fonctions de gouverneur lors d'une réunion mardi soir.

Ihor Komoloïski, 52 ans, fait partie de ces hommes d'affaires qui ont fait fortune après l'indépendance de l'Ukraine en 1991 et ont pris le contrôle de pans entiers de l'économie locale, y compris dans des secteurs stratégiques comme l'énergie. Ils sont devenus des acteurs politiques influents en coulisses.

A Kiev, le directeur du service d'État pour les Situations d'urgence Serguiï Botchkovski et son adjoint Vassyl Stoïetski ont été menottés et arrêtés durant une réunion gouvernementale. Ils sont accusés d'avoir effectué des achats publics «à des prix beaucoup plus élevés», notamment auprès du géant pétrolier russe Loukoïl, selon la police.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.