Les Occidentaux pressent Kiev et Moscou d'agir pour la paix

Crise en UkraineLes Occidentaux ont demandé samedi au président russe Vladimir Poutine des «actes» pour amener la paix en Ukraine. Ils ont aussi pressé Kiev d'accepter «les décisions nécessaires».

Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré à Munich que la crise ne serait pas résolue à moins que son pays ne reçoive un soutien politique, économique et militaire de ses alliés d'Europe et d'ailleurs. (Samedi 7 février 2015)

Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré à Munich que la crise ne serait pas résolue à moins que son pays ne reçoive un soutien politique, économique et militaire de ses alliés d'Europe et d'ailleurs. (Samedi 7 février 2015) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lors de la conférence de Munich ce samedi 7 février, la chancelière allemande Angela Merkel et le président François Hollande, tout juste revenus de cinq heures de négociations au Kremlin, ont concédé qu'ils n'étaient pas sûrs de réussir dans leur initiative de paix mais qu'il fallait aller au bout de cette «dernière chance».

«Il n'est pas certain que ces discussions aboutissent (...) mais cela vaut le coup d'essayer», a lancé Mme Merkel, alors que la situation semblait de nouveau très tendue sur le terrain.

Au moins cinq soldats ukrainiens et sept civils ont péri au cours des dernières 24 heures dans l'est. Les tirs de roquettes ont aussi repris sur Debaltseve, l'un des points chauds du front, au lendemain d'une courte trêve.

Conférence téléphonique

«Si ce n'est pas conclu demain, on poursuivra les discussions autant de temps que nécessaire mais on n'a pas beaucoup de temps», a-t-on ajouté, à la veille d'une conférence téléphonique entre MM Hollande, Poutine, Porochenko et Mme Merkel.

La semaine qui vient sera marquée par un voyage d'Angela Merkel aux Etats-Unis suivi, jeudi et vendredi, d'un conseil européen à Bruxelles où le dossier ukrainien sera en tête des préoccupations.

Vladimir Poutine a affirmé pour sa part que la Russie «ne comptait faire la guerre à personne». «Mais il y a, c'est certain, une tentative de freiner notre développement par différents moyens», a-t-il pointé en allusion aux sanctions occidentales qui étranglent son économie.

Croisée des chemins

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'est voulu prudemment optimiste. «Nous estimons qu'il est tout à fait possible d'avoir des résultats et de tomber d'accord sur des recommandations qui permettront aux deux côtés de vraiment dénouer le conflit», a-t-il estimé.

Son homologue allemand, Frank-Walter Steinmeier, a demandé «à Moscou et Kiev de prendre les décisions nécessaires» pour avancer vers la rédaction d'un plan de paix. «Nous sommes à la croisée des chemins», a-t-il insisté.

Burkhalter rappelle le rôle de l'OSCE

Un engagement durable de tous les Etats est nécessaire pour rétablir la sécurité en Europe, a pour sa part déclaré Didier Burkhalter. Le conseiller fédéral a également mis l«accent sur le rôle que joue dans ce processus l«Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

M. Burkhalter a notamment déclaré: «Nous devons tout faire pour revenir à la logique de la désescalade». Le Neuchâtelois a rappelé que l«organisation a prouvé sa capacité à jeter des ponts entre les Etats et à maintenir le dialogue entre les parties en présence.

Il a aussi rappelé l«existence du groupe de personnalités éminentes issues de toutes les régions de l«OSCE. Il tiendra sa première réunion dimanche.

Le chef du DFAE a par ailleurs rencontré les deux autres membres de la troïka de l«OSCE, Ivica Dacic, ministre serbe des affaires étrangères et président en exercice de l«OSCE, ainsi que Frank Walter Steinmeier, ministre allemand des affaires étrangères. Ils ont appelé à un cessez-le-feu immédiat dans l'est de l'Ukraine.

Appel au soutien

Confronté à une situation militaire et économique désastreuse, M. Porochenko est sous pression face aux séparatistes. Ils réclament plus d'autonomie et la prise en compte des gains territoriaux de ces dernières semaines dans les négociations.

Les appels, notamment aux Etats-Unis et dans l'est de l'Europe, à livrer des armes à l'armée ukrainienne afin de rééquilibrer le rapport de forces sur le terrain alimentent aussi toutes les passions, laissant craindre un engrenage funeste.

(ats/nxp)

Créé: 07.02.2015, 17h24

Petro Porochenko brandit des passeports russes

Lors de la conférence de Munich, ce samedi 7 février, Petro Porochenko a brandi des passeports de soldats russes qui auraient été trouvés sur le territoire ukrainien. Selon lui, il s'agit d'une preuve de la présence de troupes étrangères.

«La question ukrainienne ne sera pas réglée tant que les peuples et les dirigeants en Europe et dans le monde entier n'apporteront pas un solide soutien à la volonté d'indépendance des Ukrainiens, qu'il soit politique, économique ou encore militaire», a dit le chef d'Etat.

«Nous sommes une nation indépendante et nous avons le droit de défendre notre peuple», a-t-il ajouté. «Au cours de l'offensive, nous nous sommes montrés responsables et nous n'avons jamais utilisé d'équipement défensif pour attaquer.»

Les Etats-Unis veulent «des actes, pas des paroles»

Le vice-président américain Joe Biden a appelé samedi le président russe Vladimir Poutine à montrer sa bonne volonté dans la crise ukrainienne. Il lui demande «des actes, pas des paroles».

Tout accord futur sera «jugé par les actions que la Russie entreprend sur le terrain, pas par le papier qu'elle signe (...). Trop souvent, le président Poutine a promis la paix et livré des chars, des troupes et des armes», a-t-il dit ce samedi 7 février à la conférence sur la sécurité de Munich.

Sans se prononcer directement sur la livraison d'armes à Kiev, M. Biden a souligné que le pouvoir central avait le droit de se défendre face à l'offensive des séparatistes dans l'est de l'Ukraine.

«Soyons clairs : nous ne pensons pas qu'il y ait de solution militaire en Ukraine. Mais soyons clairs aussi : nous ne pensons pas que la Russie ait le droit de faire ce qu'elle fait. Nous pensons que nous devrions tenter (de parvenir à) une paix honorable. Mais nous pensons aussi que les Ukrainiens ont le droit de se défendre», a-t-il insisté.

Galerie photo

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie Un nouvel accord a été signé sur l'Ukraine le 12 février 2015. Le cessez-le-feu conclu va-t-il tenir?

Articles en relation

A Munich, Burkhalter rappelle le rôle crucial de l'OSCE

Sécurité Le conseiller fédéral représente la Suisse ce samedi à Munich pour la Conférence internationale sur la sécurité. Le conflit en Ukraine est au menu des discussions. Plus...

Merkel, Hollande et Poutine ébauchent un «plan de paix»

Ukraine/Russie Selon le Kremlin, les négociations ont été «constructives» et «substantielles» après cinq heures de discussions entre Angela Merkel, François Hollande et Vladimir Poutine. Plus...

Hollande et Merkel prudents sur leur chance de réussite au Kremlin

Crise ukrainienne L'Europe tente aujourd'hui de résoudre la pire crise que rencontre le continent depuis la Guerre froide. Poutine a déjà son plan de paix, et Washington hésite à livrer des armes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.