Au Portugal, le premier ministre est bien nu

A peine reconduit, le premier ministre de droite Pedro Passo Coelho peut craindre pour la durée de vie de son gouvernement

Image d'archives

Image d'archives Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Portugal fonce droit dans l’instabilité politique. Reconduit jeudi par le président conservateur Anibal Cavaco Silva, le premier ministre de droite Pedro Passo Coelho a beaucoup de souci à se faire.

Le Parti socialiste, arrivé deuxième des élections législatives du 4 octobre avec 32,3% des voix derrière les 38,6% des conservateurs, est en effet bien décidé à faire chuter le gouvernement. Comment? En s’alliant avec les partis de la gauche antilibérale, ce qui constituerait une alliance inédite en quarante ans de démocratie portugaise. Ce scénario laisse présager une rupture avec les plans d’austérité imposés depuis quatre ans au Portugal.

Anibal Cavaco Silva voit dans ces intentions la menace de «conséquences financières, économiques et sociales bien plus graves» qu’un gouvernement de droite dont la stabilité n’est pas assurée. Il a appelé l’aile droite du Parti socialiste à se rebeller. «Nous n’avons pas de leçon à recevoir du président ni de la droite», a répliqué le PS, tout en rassurant: «Nous ne sommes pas Syriza».

L’épreuve de force aura lieu lors du vote du programme de gouvernement, que la coalition de droite doit présenter au parlement au plus tard dix jours après son entrée en fonction. Mais rien ne dit que le stratagème des socialistes les conduira au pouvoir. Car le président Anibal Cavaco Silva, qui en a le pouvoir, pourrait bien décider de maintenir Pedro Passo Coelho dans un gouvernement de gestion des affaires courantes en attendant une dissolution du parlement qui ne pourrait intervenir que dans six mois. Bref, le Portugal se retrouve dans l’impasse.

Créé: 24.10.2015, 11h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...