«On ne pourra pas ouvrir les portes à tous les migrants»

DiplomatieLa crise migratoire en Europe inquiète Laurent Fabius. Pour le ministre des affaires étrangères français, les conséquences pourraient être lourdes.

Laurent Fabius passe désormais pour le sage du gouvernement de François Hollande.

Laurent Fabius passe désormais pour le sage du gouvernement de François Hollande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Laurent Fabius a 69 ans. Celui qui fut le plus jeune premier ministre de la Ve République dans les années 80 passe désormais pour le sage du gouvernement de François Hollande. Il mène avec son érudition distinguée la politique étrangère de la France. C’est lui qui, en décembre à Paris, présidera la COP21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Mais d’ici là, les dossiers urgents s’accumulent dont la crise migratoire et la guerre en Syrie. Le ministre des Affaires étrangères nous a reçus au Quai d’Orsay.

La Russie voudrait une coalition internationale contre Daech. Et vous?

Moscou dit vouloir une coalition de bonnes volontés. Pourquoi pas? Mais dans les bonnes volontés, comment inclure M. Bachar el-Assad? Rappelez-vous l’origine du chaos syrien: une manifestation de jeunes, réprimée dans de telles conditions par Bachar, que le drame s’est propagé avec des violences inouïes, l’utilisation d’armes chimiques, l’internationalisation du conflit, la volonté d’éliminer l’opposition, le développement du terrorisme… Et aujourd’hui 240 000 morts, des millions de réfugiés, un pays déchiré. Dans tout cela, Bachar porte une responsabilité écrasante.

N’est-ce pas une position morale?

Ce n’est pas qu’une question de morale, mais aussi d’efficacité. Le père d’Aylan, l’enfant échoué sur une plage de Turquie, dont la photo a fait le tour du monde, est passé, indique-t-on, par les prisons de Bachar! La plupart des réfugiés ont fui le régime. Et je ne dis évidemment pas cela pour diminuer la responsabilité monstrueuse de Daech. Penser qu’on pourrait obtenir l’unité de la Syrie, le respect indispensable des diverses communautés, le soutien du peuple en proposant comme solution la personne qui est le principal responsable de tant de malheurs, c’est une illusion. La France est évidemment d’accord et volontaire pour éradiquer Daech. Mais la solution, comme nous le disons déjà depuis Genève 1, passe par un gouvernement d’union nationale.

Incluant des membres du régime Assad?

Pour éviter un effondrement du système comme en Irak, il faudra conserver les piliers de l’armée et de l’Etat. La négociation doit aborder ces aspects: il faut à la fois des éléments du régime et des membres de l’opposition qui refusent le terrorisme.

Le départ d’Assad reste un préalable?

Il faut être clair. La discussion est vouée à l’échec si l’on dit: «Quoi qu’il arrive, le futur de la Syrie, ce sera Bachar el-Assad.» Mais si on exige, avant même que la négociation commence, que Bachar el-Assad présente ses excuses, on n’avancera pas non plus.

Comment faire face à l’afflux de réfugiés?

Il faut à la fois mettre en place des centres d’accueil et d’identification (hotspots) dans les pays de première entrée, organiser un système de répartition équitable, aider les pays hors de l’Union et qui sont en première ligne (Turquie, Jordanie, Liban), rechercher activement une solution politique et militaire au Levant, et mener une forte politique de développement vers l’Afrique. Ce n’est pas par les égoïsmes nationaux qu’on y arrivera. Si on n’agit pas, vite, avec méthode et détermination, les risques d’explosion sont réels et considérables, les conséquences seront de tous ordres.

Faut-il créer des «hotspots» en Italie et en Grèce, mais aussi en dehors de l’Europe?

En Europe, c’est indispensable et il faut qu’ils fonctionnent effectivement. Pour les pays extérieurs, ce sera plus difficile. Certains l’acceptent, je pense au Niger. Mais on ne peut pas l’imposer. C’est une question de souveraineté.

Une police européenne des frontières?

La logique de Schengen, c’est bien cela. Des contrôles efficaces aux frontières extérieures et la libre circulation à l’intérieur, et des mesures exceptionnelles en cas d’urgence. Mais créer des gardes-frontière européens, ça prend du temps. Et l’afflux brutal des réfugiés et des migrants a déséquilibré le système.

Un sommet européen aura lieu mercredi. Que peut encore l’Europe?

L’Europe a connu d’autres crises. Mais là, d’une certaine façon, c’est sa raison d’être et son fonctionnement qui sont en cause. C’est une illusion de croire que chacun s’en sortira en rétablissant les frontières nationales. Mais il faut avoir l’honnêteté de dire qu’au-delà de la solidarité nécessaire envers les réfugiés, on ne pourra pas avoir les portes grandes ouvertes pour tous les migrants économiques. Sinon, qu’est-ce qui va se passer? Un chaos, un délitement, une extrémisation des phénomènes, y compris dans les esprits, et des conséquences lourdes pour l’Europe sur tous les plans. Par exemple, comment se déroulera le référendum britannique l’an prochain si la question des réfugiés n’est pas réglée, si le peuple britannique a le sentiment qu’il peut mieux s’en sortir seul?

Quel est encore le ciment de l’Europe? Un monde sépare la position de l’Allemagne de celle de la Hongrie!

Il y a des principes de base à respecter par chacun. L’Europe s’est élargie notamment à partir du principe de la solidarité interne. Cette solidarité ne peut pas être à la carte.

La libre circulation dans l’espace Schengen est toujours plus menacée. Les pays rétablissent les frontières…

Schengen prévoit que, dans certaines situations exceptionnelles, on peut rétablir les frontières pour un temps déterminé. Mais il faut résoudre les causes profondes du dysfonctionnement.

La France pourrait-elle élever des frontières?

Dans les termes prévus par Schengen. Cela a déjà été le cas à la frontière avec l’Italie.

Que vous inspire l’élan de générosité de l’Allemagne?

Au départ, il y a un élan positif et généreux de solidarité par rapport à des situations humaines intolérables. Mais il faut pouvoir tenir sur le long terme. C’est là qu’on voit la nécessité de prendre de nouvelles décisions.

Angela Merkel a commis une erreur?

Son geste fort a été perçu de façon encore plus forte. La France, avec l’Allemagne, cherche les solutions qui s’imposent. Chacun doit prendre sa part de la situation, mais d’une situation qui soit maîtrisée.

Créé: 21.09.2015, 18h00

Notre diplomatie est appréciée, voire admirée

La France tient-elle son rôle international?

Laurent Fabius: Gardons-nous de toute arrogance, mais quand on fait le tour du monde, reconnaissons que la diplomatie de la France est en général appréciée, voire admirée! Voyez nos actions pour lutter contre le terrorisme au Mali, notre rôle pour chercher à trouver des solutions en Ukraine ou en Grèce, notre contribution à l’accord nucléaire avec l’Iran, nos engagements pour la paix, la sécurité, la planète ou l’Europe! Mais, comme je le dis souvent en souriant, en politique internationale il n'y a pas que la France! Lors de la première conférence de Genève, en 2012, il n'y avait pas de terroristes en Syrie! La communauté internationale a été dramatiquement lente et peu efficace.

Mais la France n’a-t-elle pas manqué de cohérence? Vous avez annoncé de possibles bombardements contre Daech en Syrie, au risque de renforcer Assad?

Nous avons reçu des éléments précis selon lesquels des attentats contre la France et d’autres étaient en préparation par des éléments de Daech depuis la Syrie. Face à cette menace, nous avons pris la décision d'effectuer des vols de reconnaissances pour nous mettre en situation de frapper, si nécessaire. C’est de la légitime défense. Il n'y a pas d’incohérence, mais nous avons adapté notre dispositif face à une menace avérée et augmentée, comme c’était notre devoir.


Pourrait-il y avoir une intervention au sol?


Il n’est pas envisageable d'envoyer, seuls en plus, des soldats français au sol. D'ailleurs, aucun pays ne veut y aller. S’il existe une leçon à tirer des conflits armés récents, c'est qu'on ne gagne pas ce type de guerre avec des troupes au sol extérieures au pays. L’aviation extérieure peut aider, doit aider, mais il faut que ce soient les populations locales et régionales qui interviennent.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.