Passer au contenu principal

Comment Poutine est devenu le «maître du jeu»

Les bombardements russes sur Alep suscitent des indignations mais le maître du Kremlin sait qu’il n’y a pas de véritable obstacle à sa realpolitik brutale

Pour Vladimir Poutine, la campagne électorale américaine est une vraie opportunité, car les Etats-Unis d’Obama ne vont pas prendre le risque d’une escalade avec Moscou.
Pour Vladimir Poutine, la campagne électorale américaine est une vraie opportunité, car les Etats-Unis d’Obama ne vont pas prendre le risque d’une escalade avec Moscou.
AFP

Qui arrêtera Vladimir Poutine? Personne, semble-t-il. Le maître du Kremlin, en ce moment, est libre de dicter le jeu sur la scène internationale. En Syrie, par exemple, il fait impunément bombarder l’est de la ville d’Alep, dernier bastion des rebelles au pouvoir de Bachar el-Assad, et où les civils sont pris au piège. On voit mal qui l’en empêcherait. Les puissances occidentales le blâment et c’est tout. L’indignation populaire reste très limitée. Et pour tout dire, certains en Europe ne cachent pas leur admiration pour l’homme fort de Moscou, un «vrai leader», seul capable selon eux de mettre fin à l’afflux de réfugiés syriens sur le Vieux-Continent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.