Poutine en Inde pour conclure une vente d'armes

IndeLe président russe est arrivé ce jeudi en Inde pour une visite de deux jours. Un séjour destiné à la vente d'armes sur fond de tensions internationales.

Le président russe séjourne deux jours en Inde pour vendre des armes, contre la volonté des Etats-Unis.

Le président russe séjourne deux jours en Inde pour vendre des armes, contre la volonté des Etats-Unis. Image: Alexey Druzhinin/Ria Novosti/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président russe Vladimir Poutine est arrivé jeudi en Inde pour une visite de deux jours dominée par la vente de systèmes antiaériens S-400. Un voyage susceptible d'irriter simultanément les États-Unis, la Chine et le Pakistan.

Le chef de l'État russe a atterri vers 19h00 locales (13H30 GMT) dans la capitale indienne New Delhi, accompagné de plusieurs poids lourds de son gouvernement. Il doit s'entretenir et dîner dans la foulée avec son hôte, le Premier ministre Narendra Modi.

Un contrat juteux à la clé

Sur la route que devait emprunter le convoi, des pancartes portant la photo de Vladimir Poutine lui souhaitaient la bienvenue en hindi et en russe, a constaté une journaliste de l'AFP voyageant avec la presse russe.

Le point d'orgue de ce déplacement, qui se conclura vendredi soir, sera la finalisation de l'achat par New Delhi de systèmes de défense antiaérienne russes S-400, avait annoncé le Kremlin en amont. Le contrat représenterait environ cinq milliards de dollars.

Le frein étasunien

La défense est la pierre angulaire des liens diplomatiques entre la Russie et l'Inde, qui entretiennent historiquement une relation bilatérale privilégiée. Les négociations pour l'acquisition de ce dispositif de missiles sol-air étaient en cours depuis de nombreux mois mais butaient face aux menaces de sanctions brandies par les États-Unis en cas d'achat d'armement russe.

En effet, le Congrès américain a adopté en 2017 une loi afin de punir la Russie pour son attitude en Ukraine et pour son ingérence dans l'élection présidentielle américaine. Ce texte impose des sanctions économiques contre toute entité ou pays qui conclut des contrats d'armement avec des entreprises russes.

Le dilemme des grandes puissances

L'Inde espère obtenir une dérogation de Washington, mais n'a pour l'instant reçu de sa part que des mises en garde. «Nous appelons tous nos alliés et partenaires à renoncer aux transactions avec la Russie qui entraîneraient des sanctions», a déclaré mercredi un porte-parole du département d'État à l'agence indienne Press Trust of India, indiquant que les S-400 tombaient sous le coup de cette législation.

Les États-Unis sont toutefois confrontés ici à un dilemme épineux. Ils ne souhaitent pas froisser leur allié indien, les deux puissances ayant le même intérêt à contrebalancer la montée de la Chine en Asie. «Il est temps de montrer que nous ne nous laissons pas faire par Washington», a déclaré à l'AFP R.R. Subramanian, expert en affaires stratégiques basé à New Delhi. (afp/nxp)

Créé: 04.10.2018, 16h24

Articles en relation

La Russie livre des missiles S-300 à la Syrie

Avion abattu Une semaine après la destruction d'un Iliouchine-20 russe par Israël, Poutine a informé Assad de la livraison des batteries anti-aériennes S-300 à la Syrie. Plus...

Poutine en manœuvre pour muscler l'armée russe

Russie Dans le cadre des exercices militaires Vostok 2018, le président russe Vladimir Poutine a annoncé ce jeudi qu'il «continuera de renforcer» l'armée. Plus...

Trump isolé après sa rencontre avec Poutine

Etats-Unis Le président américain a effectué une tournée européenne qui ne restera pas dans les mémoires, selon de nombreuses voix. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.