Poutine est au pouvoir depuis 20 ans

RussieNommé le 9 août 1999 premier ministre par Boris Eltsine, le président russe a installé depuis un pouvoir sans partage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand Vladimir Poutine est nommé premier ministre, beaucoup pensent que le peu connu patron des services de renseignement compte poursuivre les réformes démocratiques des années postsoviétiques, tout en restaurant l'ordre. Vingt ans plus tard, il a installé un pouvoir sans partage et semble déterminé à le conserver.

Ces dernières semaines, le refus des autorités de laisser l'opposition se présenter aux municipales de plusieurs grandes villes, Moscou en tête, et la ferme répression policière et judiciaire du mouvement de protestation qui a suivi laissent peu de doutes.

Ancien agent secret

Après avoir minutieusement marginalisé toutes les voix critiques, l'ancien agent du KGB de 66 ans, populaire pour avoir restauré la place de son pays sur la scène internationale et ramené un semblant de stabilité, ne compte pas laisser émerger d'opposition. Quand bien même la Constitution ne lui permet pas de se représenter à un nouveau mandat en 2024.

Boris Eltsine annonce le 9 août 1999 qu'il nomme le directeur du FSB, l'héritier du KGB soviétique, à la tête du gouvernement. Les commentateurs voient en lui un représentant des services de sécurité capable de mettre fin à instabilité politique et aux troubles dans le Caucause. Mais aussi un efficace homme d'Etat ayant entamé sa carrière auprès du très libéral maire de Saint-Pétersbourg, Anatoli Sobtchak, et choisi par le clan Eltsine pour maintenir la Russie sur la voie de l'économie de marché.

Affaibli, le président d'alors, qui démissionnera le 31 décembre suivant au profit de son dauphin, explique à la télévision que Vladimir Poutine sera à même de «consolider la société» et «garantir la continuation des réformes».

Pouvoir «sans limites»

«Au tout début de son règne, la Russie, toujours pauvre et criminalisée, restait pour autant un pays libre et démocratique», relève le journaliste de la télévision publique Nikolaï Svanidzé, qui se souvient d'un Poutine «agréable partenaire de conversation», «naturel» et «doté d'un sens de l'humour» lors de ses premières années au Kremlin.

«Après 20 ans d'un pouvoir sans limites, entouré de flagorneurs, ce qui est inévitable dans notre régime relativement autoritaire, il a certainement changé, et pas dans le bon sens», ajoute-t-il, interrogé par l'AFP.

A ses débuts, le premier ministre Poutine se montre relativement tolérant et disposé à de bonnes relations avec les Occidentaux. Il cultive cependant l'image d'un dur et lance la deuxième guerre de Tchétchénie, socle de sa popularité qui lui permettra d'être élu président en 2000 avec 53% des voix.

Grâce à une manne pétrolière abondante, sa première décennie au pouvoir est marquée par une remontée du niveau de vie des Russes et un retour de l'Etat affaibli après la chute de l'URSS -- avec une reprise en main des médias contrôlés par d'ambitieux oligarques.

«Le Poutine d'aujourd'hui n'est pas celui de 1999-2000: de libéral, il est devenu conservateur», estime le politologue Konstantin Kalatchev. Selon l'expert, «cette évolution a été déclenchée par sa déception envers les Occidentaux».

L'après-Poutine en question

Un tournant a eu lieu en 2004 avec la «Révolution orange» qui aboutit à l'élection en Ukraine d'un président pro-occidental et que le Kremlin considère comme une ingérence occidentale dans son pré carré. En 2007, M. Poutine prononce à Munich un dur réquisitoire contre les Etats-Unis, resté dans les mémoires.

Depuis, les crises se multiplient: guerre en Géorgie en 2008, intervention occidentale en Libye en 2011 vécue comme une trahison par Moscou qui soutient désormais Bachar el-Assad en Syrie, crise ukrainienne de 2014 avec l'annexion de la Crimée puis le lancement d'un conflit dans l'Est entre forces de Kiev et séparatistes prorusses. «Le conflit avec l'Occident a transformé Poutine en réactionnaire», juge l'éditorialiste politique de la radio Business FM Georgui Bovt.

Sur le plan intérieur, cela se traduit par la défense des valeurs traditionnelles conservatrices prônées par l'Eglise orthodoxe, en opposition avec une forme de «décadence» occidentale, et un recul permanent des libertés publiques au nom de l'ordre et de la stabilité.

L'échéance de la fin de mandat laisse la classe politique russe s'interroger sur ses intentions. Redevenir premier ministre comme en 2008-2012? Désigner un successeur comme Boris Eltsine en 1999? S'attribuer une fonction honorifique lui permettant de tirer les ficelles comme vient de le faire l'homme fort du Kazakhstan voisin?

La question se pose d'autant plus que la popularité de Vladimir Poutine, stratosphérique après l'annexion de la Crimée, chute depuis l'annonce il y a un an d'une impopulaire réforme des retraites, difficile à accepter pour une population aux revenus très faibles et en baisse continue depuis cinq ans.

«Actuellement, Poutine et son entourage cherchent tout moyen de ne pas partir», assure M. Bovt, pour qui le président russe considère qu'il doit «remplir une mission historique». (afp/nxp)

Créé: 08.08.2019, 11h06

Articles en relation

Le rival de Poutine victime d'un «agent toxique»

Russie L'opposant Alexeï Navalny a été transféré de sa prison pour un hôpital dimanche. Il serait vraisemblablement victime d'un ‹agent toxique». Plus...

Poutine renforce le contrôle de l'internet

Russie Vladimir Poutine a promulgué une loi controversée visant à créer en Russie un «internet souverain» et isolé du monde. Plus...

Poutine fait un geste envers l'Ukraine

Russie Le président russe s'est dit prêt à «rétablir complètement» les relations avec le pays qui vient d'élire à la présidence le comédien Zelensky. Plus...

Poutine abandonne le désarmement nucléaire

Russie Le président russe a annoncé que son pays suspendait sa participation au traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) signé à la fin de la Guerre froide, en 1987. Plus...

Poutine plus populaire que Trump en Suisse

Revue de presse Le président américain Donald Trump est l'une des personnalités internationales la moins appréciée dans notre pays, selon le SonntagsBlick. Plus...

Les grandes dates de Poutine


  • 7 octobre 1952: naissance dans une famille ouvrière de Leningrad, l'actuelle Saint-Pétersbourg.


  • 25 juillet 1998: nommé à la tête des services de renseignements, le FSB, héritier de l'ex-KGB soviétique qu'il avait rejoint en 1975.


  • 9 août 1999: nommé Premier ministre de Boris Eltsine. Il ordonne en octobre l'intervention des troupes russes en Tchétchénie contre les séparatistes.


  • 31 décembre 1999: démission du président Boris Eltsine qui le désigne pour assurer l'intérim.


  • 26 mars 2000: élu à la présidence dès le premier tour. Il sera réélu en 2004.


  • 7 mai 2008: ne pouvant exercer plus de deux mandats consécutifs, il fait élire son Premier ministre Dmitri Medvedev, et prend la tête du gouvernement.


  • 7 mai 2012: redevient président après avoir été élu en mars au premier tour, pour un mandat porté à six ans. L'élection est marquée par des manifestations inédites de l'opposition.


  • 6 juin 2013: annonce son divorce de Lioudmila, son épouse depuis 1983, avec laquelle il a eu deux filles.


  • mars 2014: annexe la péninsule ukrainienne de Crimée après son occupation par des troupes russes et un référendum jugé illégal par la communauté internationale.


  • septembre 2015: apporte un soutien militaire au régime du président syrien Bachar al-Assad.


  • 18 mars 2018: réélu président pour un 4e mandat dès le premier tour.


  • juillet 2019 : début d'un mouvement de contestation pour réclamer des élections locales libres, après le rejet des candidats indépendants et de l'opposition au scrutin du 8 septembre.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.